Accueil Société Africa N°1 : Le calvaire continue pour les agents

Africa N°1 : Le calvaire continue pour les agents

PARTAGER
Le siège de la radio panafricaine à Libreville/©DR.

Seuls six mois de salaires sur 18 mois d’arriérés dus viennent d’être payés aux agents de la station Panafricaine, Africa N°1. Une bouffée d’oxygène éphémère qui ne sort pas nos confrères de la  galère qu’ils subissent au quotidien. 

 Douze mois, c’est désormais le nombre de mois d’arriérés de salaires que totalisent les agents de la Radio Panafricaine, Africa N°1. Cette pénible agonie de la prestigieuse radio panafricaine n’émeut pas les autorités gabonaises, comme le dénonce son Coordinateur des services de la rédaction, Patrick Bibang, sur sa page facebook. Cette indifférence cause aujourd’hui des dégâts. Lionel Gaston Ndombi Mbadinga, s’en est allé sans toucher le fruit de son dur labeur. Le journaliste émérite, François Duc Moukouangui, prolonge son hospitalisation au Centre hospitalier universitaire de Libreville, depuis plusieurs mois, faute de moyens financiers.

Englué dans une crise sans précédente, ‘’le Tam-tam d’Afrique  ‘’, en plus d’avoir encaissé un redressement judiciaire, a été placé sous l’autorité d’un syndic. Ce redressement n’a rien amélioré au quotidien du personnel. Bien au contraire, plusieurs croulent sous les dettes.

Toutefois, le personnel est déterminer à aller jusqu’au bout pour rentrer dans son droit. «  Les 55 travailleurs de Libreville et les six autres de Moyabi ne lâcheront rien, même si nos espaces de travail sont devenus des repaires pour les moustiques, les crabes, les varans et les vipères qui surplombent notamment les bananiers », réaffirme Patrick Bibang.

Le déploiement d’une partie des effectifs à  la Radio nationale n’a pas fait bouger les choses. Conséquence, Eugène Ella Mba, Charles Nkani, Jacques Nziengui Manguila, pour ne citer que ceux-là, n’ont que leurs yeux pour pleurer. Toutefois, certains agents ont trouvé des point de chute pour échapper à la galère,  à l’instar de  Thimothé Boussengui alias ‘’MEME’’, conseiller membre de la HAC ou  Charles Igoho, Conseiller en Communication, d’un membre du gouvernement.

La station panafricaine Africa N°1 a été créée  au Gabon en 1981. Financée avec des fonds français et gabonais, la radio se scinde très tôt en deux structures presque indépendantes, Africa N°1 Gabon et Africa N°1 Paris. Début 2000, la France s’est désengagée d’Africa N°1 Gabon qui passe sous le contrôle de la Jamahiriya arabe Libyenne, en 2007. Depuis, la radio n’est plus que l’ombre d’elle-même. La partie Libyenne, actionnaire majoritaire, refusant jusqu’à ce jour, de tenir un conseil d’administration pour céder ses actions à l’Etat Gabonais à défaut d’un autre preneur.

La situation d’Africa N°1 devrait amener les dirigeants gabonaise à ne plus céder à l’avenir la majorité des actions à une entreprise souveraine aux actionnaires extérieurs quel qu’en soit la situation.

PARTAGER