Accueil Société Affaires étrangères : Abou Razzaq Guy Kambogo est parvenu à régler les principales...

Affaires étrangères : Abou Razzaq Guy Kambogo est parvenu à régler les principales doléances des agents

PARTAGER
Abou Razzaq Guy Kambogo/©DR

Paiement du rappel de la prime de servitude diplomatique (PSD), remise en circulation des bus de transport, amélioration des conditions de travail – les agents du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération, de la Francophonie et de l’Intégration Régionale ont obtenu, grâce à l’entregent du nouveau chef de la diplomatie gabonaise, l’essentiel de leurs revendications. 

Ils vont peut-être ériger une statue à Abou Razzaq Guy Kambogo,… Car, ces dernières années, ni Emmanuel Issozé Ngondet, ni Nelson Messone, encore moins Régis Immongault n’étaient parvenus à obtenir pour ces agents une partie de leurs doléances. Nommé en janvier dernier, et malgré la  »passe d’armes » qu’il a eue, dans la cour du ministère, en mars dernier avec les agents syndiqués, Abou Razzaq Guy Kambogo a obtenu pour ses collaborateurs, non seulement le retour de la prime de servitude diplomatique (PSD), mais, mieux, il a obtenu qu’on leur paie le rappel de cette prime.

Les agents du ministère des Affaires étrangères ont également obtenu la remise en service des bus de transport. On se rappelle qu’au début de l’année 2017, devant la nonchalance de leur ministre de l’époque, les responsables du syndicat de ce ministère s’étaient vu obligé d’aller solliciter l’intervention du vice-président de la République, Pierre-Claver Maganga Moussavou, pour amener le Gouvernement à résoudre leurs doléances. Celui-ci leur donna des moyens pour faire circuler les bus pendant un mois tout en leur promettant, avec toute l’assurance nécessaire, de rencontrer les membres du Gouvernement compétents en la matière.

Même l’intervention du VPR auprès du Gouvernement n’a pas donné les résultats escomptés 

Jusqu’au 8 mai dernier, les lignes n’avaient pas bougé, l’intervention du vice-président de la République n’ayant pas porté les fruits escomptés. Ce n’était visiblement pas la bonne porte… Quelques mois plus tard, les agents avaient alors repris leur mouvement de grève. Ce piquet de grève, avec chants et sono, installé au ministère depuis lors avait même provoqué, comme nous le disons plus haut, un échange musclé entre le ministre et les agents. Il leur reprochait de déranger le voisinage qui ne cessait de se plaindre auprès de lui. Puis…le 8 mai, heureux retournement de situation : les agents ont eu gain de cause. Ils ont obtenu l’essentiel de leurs revendications, dont une revendication corporatiste, le paiement de la PSD.

 »D’autres doléances restent en suspens, mais l’essentiel a obtenu, et nous remercions très sincèrement le ministre Abou Razzaq Guy Kambogo pour la maestria dont il a fait montre pour convaincre les tenants de la bourse de résoudre nos problèmes », souligne un des responsables du syndicat des agents du ministère. Il ajoute que  »Kambogo est le premier à avoir réalisé une telle prouesse ».

PARTAGER