Affaire société Sinohydro/Franck Ping Le fils de Jean Ping a-t-il...

Affaire société Sinohydro/Franck Ping Le fils de Jean Ping a-t-il perçu l’argent de l’Etat ?

304
0
PARTAGER

L’enquête diligentée par le parquet de Libreville contre M. Wang Ping, représentant de la société chinoise Sinohydro et Franck Ping, de nationalité gabonaise, pourrait confirmer ou infirmer l’inculpation de ces deux présumés corrupteurs.

Le parquet de Libreville, par la voix de son procureur, Ndong Essame, a animé un point de presse sur une affaire de détournement des fonds publics liés aux différents travaux de développement du Gabon. Aux dires du procureur de la République, la société chinoise Sinohydro, après l’audition de son représentant, Wang Ping, il ressortait des éléments suspectés en vue de constituer ou de caractériser des infractions pénales impliquant Franck Ping. Pour Ndong Essame, le fils Jean Ping aurait indument perçu 5 milliards 240 millions de FCFA et un peu plus de 717 millions de nos francs. De l’argent qui devait servir à  l’électrification de Libreville en 2009 et aux travaux routiers sur les axes Akiéni-Okondja et Nkoumayong-Ovang. Les travaux que l’Etat avait conclu avec la société chinoise, Sinohydro.

En sa qualité de l’autorité judicaire et sur fondement de l’article 73 du code de procédure du code pénal, sieur Ndong Essame, a après quoi, instruit des officiers de la police judiciaire (OPJ) d’une enquête préliminaire à l’encontre de ces deux présumés corrupteurs. Ces derniers, ajoute-t-il, courent des délits et risquent d’être punis par les articles 145 et 146 du code pénal.

Convoqué régulièrement pour une audition contradictoire, Franck Ping aurait quitté le territoire gabonais. En conséquence de quoi le parquet de Libreville a entrepris de le retrouver, avant d’éventuelles poursuites judiciaires. Toutefois, l’enquête diligentée par le parquet de Libreville contre Wang Ping, représentant de la société chinoise Sinohydro et Franck Ping, pourrait confirmer ou infirmer l’inculpation de ces deux présumés corrupteurs.

Il faut rappeler que la sortie du procureur de Libreville sur cette affaire fait suite  à celle du secrétariat général du parti démocratique gabonais (PDG), la semaine dernière. Affaire à suivre.

Tar’Engongha

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE