Accueil Société Aéroport de Libreville : la tension est montée d’un cran

Aéroport de Libreville : la tension est montée d’un cran

PARTAGER
Le personnel en colère/(c)gabonreview.

Au lieu d’un conseil d’administration comme il se doit, le mercredi 11 dernier, le personnel a plutôt exigé le paiement de ses droits avant le démarrage des activités Gsez Aéroport, qui a obtenu la concession de l’exploitation de l’aéroport Léon Mba, après la fin de la concession de l’Aéroport De Libreville.

Les actionnaires et autres responsables de l’Aéroport Léon Mba ont été plutôt surpris de la présence massive du personnel, à l’entrée de l’aéroport de Léon Mba. Alors qu’il y était prévu un conseil d’administration, le dernier du genre, d’autant plus que la concession de l’exploitation a pris fin depuis quelque temps, le personnel n’entendait pas, en tout cas, réserver un accueil chaleureux aux membres du conseil d’administration..

Il a plutôt décidé de mettre la pression à son directoire, dont il exige le payement des droits légaux avant tout début des activités du nouveau repreneur, qui n’est autre que Gsez Airport.

Il faut dire que depuis l’annonce de la fin de la concession de l’exploitation de l’aéroport Léon Mba, un dialogue n’avait plus cours au sein de cette entité. Au moment où le personnel avait besoin des explications sur la fin de la concession et sur le départ de son personnel. Toute chose qui a mis le personnel dans une colère noire. Il exige surtout que ses droits soient payés. Mais au lieu d’un paiement de droits légaux, leur ancienne direction semble plutôt opter pour le transfert du personnel chez le nouveau repreneur.   «En trente ans, nous n’avons jamais réalisé un résultat d’exploitation négatif. Notre entreprise est dotée d’une bonne santé financière et ses indicateurs de gestion sont tous positifs. Nous avons donc directement participé et contribué aux revenus qui ont été générés par notre entreprise en trente ans. Fort de cela, il est de tous droits pour nous de demander une indemnité exceptionnelle de fin de collaboration», a écrit le personnel dans une correspondance adressée à la direction d’ADL, qui circule sur la toile.

Pour l’heure, leurs revendications ont été promises d’être discutées sur la table du conseil d’administration.

PARTAGER