Accueil Société Absence d’eau à Libreville : Des nouveaux concurrents de la SEEG dans...

Absence d’eau à Libreville : Des nouveaux concurrents de la SEEG dans les quartiers sous intégrés

PARTAGER
DR.

Depuis quelques années, plusieurs quartiers de Libreville  n’ont plus de l’eau dans les robinets. Dans certains quartiers de la capitale, quelques personnalités nanties et d’autres techniciens, ont décidé d’installer des pompes de forage dans leurs domiciles et dans certains endroits, pour y organiser un vaste commerce du précieux liquide.   

Le problème d’absence d’eau dans les quartiers de Libreville, est en train de trouver, chaque jour, quelques solutions dans les quartiers sous intégrés de la capitale. En cause, l’installation des pompes de forage. Dans le sixième arrondissement, aux quartiers dits Chantier moderne, Ebakater, Doum-Doum, et derrière le lycée Arissani, et Fin goudron, ce sont ces pompes de forage qui permettent aujourd’hui  aux populations de ces différents coins du Sixième arrondissement de pouvoir avoir de l’eau dans les maisons.  Et pour mieux organiser leur affaire, ils ont recruté des jeunes dans les différents quartiers où ces pompes sont installées. Un concurrent de la société d’Energie et d’Eau du Gabon (SEEG). Pour 1 bidon de 20 litres par exemple, le client paie  100 fCFA, 25 litres, 200Fcfa, les bidons de 5litres et 3 litres à 50FCFA. Des montants qui semblent être insignifiants, mais qui permettent  tout de même aux responsables de ces pompes de forage, d’engranger des millions chaque fin du mois. H. Ndong, habitant au quartier Dragage, pense qu’il dépense deux fois plus, qu’il n’en dépensait avec son compteur d’eau de la SEEG. «  C’est vrai que ces pompes de forage nous aident énormément, mais nous dépensons plus d’argent aujourd’hui. Et puis, nous sommes obligés de supporter les longues files d’attente » dit-il. Pour Chantal commerçante,   à Fin goudron, ces forages sont un soulagement aux caprices de la SEEG. « Moi je n’utilise pas beaucoup d’eau chez moi, depuis la mise en place d’une pompe de forage chez nous, je vais plus regarder mes factures à la SEEG, où chaque fin du mois, j’étais obligée de payer des factures, sans même avoir une goutte d’eau chez moi », a indiqué la commerçante.

Une initiative louable, mais qui mériterait qu’on y jette un regard, car, la mise en place de pompes de forage requiert  des exigences. En général, le forage ne dépasse pas 100m de profondeur. Plus ce dernier est profond, plus il faut de l’énergie pour relever  l’eau jusqu’à l’unité  intérieure de la pompe  à chaleur. Et selon des experts en forage, la  distance minimale doit être proche de 10m entre le  lieu de pompage et le lieu de rejet de l’eau dans  la nappe phréatique. Des exigences, qui nécessitent qu’on s’y attèle pour éviter des problèmes de santé aux populations. Des habitants qui sont obligés d’utiliser cette eau, à cause du manque de volonté gouvernementale en la matière.

PARTAGER