Accueil Société Médias : Ma « HAC » déteste les…….

Médias : Ma « HAC » déteste les…….

PARTAGER
DR.

Les journalistes bien sûr. Surtout certains. La HAC n’en démord pas. Après avoir sanctionné « Echos du Nord », le 22 août dernier, et, cela, sans raison valable, si l’on s’en tient à l’explication limpide de notre confrère  qui dément avoir été notifié par la HAC entre le 2 août – date de la première notification à laquelle Francis Edou-Eyene a répondu en personne- et le 22 août 2018 qui correspond à la période de la sanction pour un mois, donc jusqu’au 22 septembre, de suspension de leur autorisation de paraître.

Et, malgré un recours de ce journal déposé le 28 août 2018 au secrétariat du président de la HAC, rien n’y a fait. Ah si, une audition leur fut concédée. A cet effet et en réponse à la correspondance d’Echos du Nord, le secrétaire général de la HAC, Gervais Owanga, informe notre confrère, le 31 août 2018, qu’il est convié à une nouvelle audition, et nous le citons : « pour apporter les éléments constitutifs de votre défense de l’objet référencé ».

Autrement dit, cela signifie qu’EDN n’avait donc pas été auditionné pour sa défense avant d’avoir été condamné.

Flashback pour se remettre dans la saison. Dans sa lettre de recours adressée au président de la HAC, Francis Edou-Eyene (FEE) explique ceci : « après m’avoir fait part, de manière verbale, des griefs faits contre EDN, en gros cinq, vous m’avez demandé de m’expliquer. Ce que j’ai fait. Ce qui m’a donné l’occasion de souligner que je prenais acte des griefs, que je n’avais, à priori, aucune raison de ne pas faire confiance à ma rédaction, et que je demandais l’indulgence de la HAC afin que cette dernière m’accorde le temps nécessaire pour réunir tous les éléments utiles à notre défense. Temps, quinze jours, que vous m’avez immédiatement et gracieusement accordé. Toutefois, ces quinze jours légaux pour rendre votre décision conduisant au samedi 18 août, vous avez du repousser l’échéance au 21 août et rappelé à votre secrétaire général de nous notifier cette nouvelle date ».

FEE de préciser : « ce qui n’a jamais été fait, Mr le Président »

Même si dans sa correspondance du 31 août convoquant le directeur de publication à une nouvelle audition, le secrétaire général de la HAC fait référence à une correspondance qu’il aurait adressée à EDN, entre le 3 et le 21 août 2018, et dont les références sont les suivantes : « N°000&64/HAC/SG du 09 août 2018 retirée au Secrétariat Général par un agent de votre organe de presse avant la date du 21 août 2018 »

C’est cette correspondance que notre confrère n’a jamais reçue. Manifestement, même le fameux agent qui aurait retiré le document est inconnu au bataillon à EDN. Et, enfin, la date du « 21 août 20&8 » correspond à la fête de la Tabaski. C’était donc un jour férié. A quelle audition EDN a-t-il donc refusé de déférer ?

Même pas 15 jours après l’expiration de la sanction, voilà EDN, à nouveau, sous le coup d’une sanction, pour « insinuations malveillantes » contre Ali Bongo Ondimba. S’est-il plaint lui-même ? La HAC ne ferait-elle pas –notez le conditionnel de précaution – dans de l’excès de zèle ?

PARTAGER