Portrait : Paul Marie Gondjout: la politique dans l’ADN

Portrait : Paul Marie Gondjout: la politique dans l’ADN

564
0
PARTAGER
Paul Marie Gondjout, lors d'une précédente sortie.DR

Né de Paul Marie Indjendjet Gondjout et de Gondjout Odette née Tchizinga Louembet, Paul Marie Gondjout est un acteur politique gabonais très engagé. Marié et père de quatre enfants, il est parfaitement trilingue.

Plusieurs fois élu de la commune de Lambaréné au centre du Gabon, il commence sa carrière politique par un très bref passage au PDG entre 1995 et 1998 avant de devenir en 2005 membre fondateur de l’Union Gabonaise pour la Démocratie et le Développement (UGDD) créée par Zacharie Myboto. A l’UGDD, il occupe les fonctions de secrétaire national chargé des affaires politiques, de la démocratie et des élections. Paul Marie Gondjout a activement contribué aux accords d’Arambo, sur les réformes du système électoral.

Depuis le 20 juillet 2014, il est secrétaire exécutif adjoint chargé des élections et des libertés publiques au sein de l’Union Nationale, parti né sur les cendres du RDR de Gérard Ella Nguema, du MAD de Pierre Claver Nzeng Ebome et de l’UGDD. Sur le plan politique, il se reconnait en deux mentors, à savoir: son père, Paul Marie Indjendjet Gondjout et son beau père Zacharie Myboto.

Sur le plan professionnel, il est ingénieur économiste, spécialiste d’économie pétrolière. Formé à l’université du Texas (Arlington) et à l’institut Français du Pétrole, Paul Marie Gondjout négociateur de contrat pétrolier, a débuté son expérience en la matière pour connaître aussi des questions gazières. Pendant huit ans, il a exercé au cabinet du ministre du pétrole.

Né dans la politique en 1963, issu d’un père politiquement très actif et co-fondateur de la République Gabonaise, Paul Marie Gondjout vient au monde, lorsque son père est libéré de sa première incarcération, causée par une motion de censure qui avait mis en minorité le président Léon Mba, pour la faveur du régime parlementaire. C’était en novembre 1960. Puis en avril1 964, ce dernier effectue un deuxième séjour en prison en raison du coup d’état des 17 et 18 février 1964. Une situation assez difficile pour un enfant. Il grandit dans cette pression que subissent ses parents et qui, sans le vouloir, se répercute sur les enfants. Une mère vivant dans l’angoisse perpétuelle, du fait que son époux soit en prison et accusé d’avoir fomenté un coup d’Etat ou d’y avoir participé.

Une situation pas facile à vivre tant pour le jeune Paul Marie, que pour sa mère et ses frères et sœurs. Cela a duré jusqu’à la sortie de prison de son père Paul Marie Indjendjet Gondjout et de sa réhabilitation, car ce dernier avait été aussi frappé par  une déchéance de ses droits civils par le président Léon Mba. Ce fut une période de sa vie assez pénible et difficile à gérer.

Il fait officiellement ses premiers pas en politique en intégrant le Parti Démocratique Gabonais (PDG) comme Membre du comité central pour le compte de la fédération D à Lambaréné. Il milite activement dans ce parti durant trois ans, jusqu’à la fin de l’année 1998 soit, après la présidentielle: « j’ai vu ce que cela représentait, j’ai donc estimé que je n’avais plus rien à faire là dedans ».

Il reste en inactivité politique  jusqu’en 2005.  Puisque fin 2004 début 2005, le Président Myboto lui propose d’être un membre fondateur de l’UGDD, ce qu’il accepte. Il y prend les fonctions de secrétaire national chargé des affaires politiques, de la démocratie et des élections. Plus tard, il participera aux élections législatives de 2006, qu’il estime avoir gagné dans les urnes, mais les institutions chargées des questions électorales ont déclaré son principal challenger élu.

Depuis 2008, Paul Marie Gondjout est conseiller municipal de la commune de Lambaréné, il en est aujourd’hui à son deuxième mandat consécutif.

Ses convictions politiques vont dans le sens d’un changement pour le Gabon, d’une restauration des fondements et des valeurs qui ont prévalu à la création de la République Gabonaise, explique-t-il. C’est un homme qui se dit profondément patriote, et prône de mettre toujours en avant l’intérêt et le bien de la République gabonaise.

Comme tout homme politique, il nourrit des ambitions: «Mes ambitions sont celles du Gabon. Je ne fais pas de calcul particulier, je verrais juste où le travail que j’accomplis me mènera, tout simplement. Mes ambitions politiques sont que le Gabon soit mieux géré. Comment mes ambitions vont se concrétiser et s’exprimer, ça, c’est une autre paire de manches, il n’y a que Dieu qui sait».

 Daisy Ntongono

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE