Accueil Portrait Portrait du mois : tout savoir sur le ‘’Roi’’ Manitou

Portrait du mois : tout savoir sur le ‘’Roi’’ Manitou

PARTAGER
L’humoriste Manitou/©DR

Le 18 Novembre 1985 à la Fondation Jeanne Ebori, naissait un enfant de sexe masculin  issu de Michel Moussavou et Victorine Madjinou. Ses 3,800kg à la naissance montraient déjà que ce nouveau-né arrivait pour de grandes choses : ses parents l’appelèrent alors Amissou Moussavou Moussavou ; aujourd’hui connu sous le pseudo de Manitou. Mais qui est-il ? Allons à sa rencontre.

Très tôt, Moussavou Moussavou sera envoyé à l’école communale de Franceville jusqu’en classe de première année puis, regagnera l’école publique d’Ombélé mais l’école n’était pas vraiment sa tasse de thé car une fois au secondaire, il trouvait toujours le temps de se débiner. Conséquence, un autre centre d’intérêt qui ne sera rien d’autre que  le football qui a su captiver toute son attention, et ce chemin l’amènera à être vainqueur du championnat et de la coupe de la ligue sous les couleurs de l’USTM. Jusque-là, notre champion n’avait pas encore trouvé sa vraie voie puisque «  c’est Papa qui voulait que je sois footballeur comme lui mais je ne l’ai pas suivi et j’ai plutôt préféré suivre Defundzu et Dibakou » nous confiera-t-il.

Manitou sur le plateau du  »parlement du rire »/©DR

Mais comment Amissou Moussavou Moussavou va-t-il devenir Manitou ? «  C’est un nom que Dieu  m’a donné. J’ai rêvé que j’étais devant une foule immense, tenant un micro et fredonnant une chanson et je répétais : moi c’est Manitou ».

Mais avant d’avoir ce nom, Manitou affirme qu’il faisait rire tout le monde dans sa famille et autour de lui depuis sa tendre enfance. Et en grandissant,  Defundzu et Dibakou le captivaient d’avantage. Un choix qui va mettre son père hors de lui « un jour, je faisais un sketch, il a tapé du poing sur la table il a dit à Makoro un ami avec qui je faisais de l’humour : je ne veux plus te voir avec mon fils pour vos conneries » avait-il martelé quand étant en classe de 6ème, je lui avais annoncé que je m’intéressais à la comédie. Et puis c’était à l’époque où il fallait se déguiser en gonflant son ventre et son postérieur et en arborant un nez de clown. « Je me souviens que Papa avait un ami qui lui avait dit : on bloque plus les enfants aujourd’hui. Laisse le faire on ne sait pas de quoi  demain sera fait » dira Manitou avec son sourire empreint de sincérité.

Mais malgré toute cette résistance, notre homme ne lâchera pas prise bien au contraire. «  C’est au moment où je signe un contrat avec Airtel Gabon pour faire le tour du pays que Je décide de quitter Bâti plus où je gagnais 16.000 francs par semaine. Il y avait un certain JD qui m’a donné les rouages de l’animation et j’ai compris qu’il fallait foncer. Je suis dans le domaine depuis l’an 2000 mais c’est depuis 2012 que j’ai commencé à sortir les DVD ». 

Manitou a commencé par le groupe « serrez les dents » où il était leader ; une  production de la  RTN (Radio Télévision Nazareth)  et c’est de là où il a été remarqué et repêché par Souleymane car il avait non seulement le talent, mais savait aussi créer et écrire des sketches. Depuis lors, sa carrière a été lancée avec de multiples tournées à l’internationale notamment en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso. La brillante carrière de Manitou a attiré autour de lui les grands labels comme Boss Playa avec qui il tournera un film.

Depuis lors, les invitations fusent de partout : d’abord au festival TUSEO du Congo Brazzaville où il sera nommé Ambassadeur des orphelins. Cette reconnaissance est consécutive au fait qu’à chaque fois que notre star recevait son cachet, il cherchait un orphelinat pour y faire un don.

Mais cette brillante carrière de Manitou ne sera pas un long fleuve tranquille « j’ai fait un accident de la circulation avec 4 tonneaux après avoir percuté un mouton à Tchibanga. La nouvelle est vite parvenue à Liban Souleymane et le Président de la République Ali Bongo Ondimba a dépêché un hélicoptère pour m’évacuer à Libreville » Manitou a dit rencontrer d’autres difficultés avec le « Gabon Manitour », un projet qu’il a démarré en vue d’apporter un soutien aux populations de l’intérieur du pays. « Dans l’arrière-pays j’ai vu des cas compliqués, nous avons pu offrir des produits de première nécessité. J’ai vu des personnes du 3ème  âge et des veuves abandonnées à Tchibanga mais Je n’ai pas de moyens pour leur venir tous en aide ».  

Projets et réalisations :

Notre étoile du mois a des projets et de nombreuses réalisations. Nous prendrons en vrac la réalisation chaque année de spectacles à l’Institut Français de Libreville ; d’ailleurs il est attendu le 21 octobre 2019 pour un spectacle au Festival TUSEO à Brazzaville et le 25 du même mois, à Ndjamena au Tchad pour la foire internationale du rire avant de se rendre du 5 au 8 décembre prochain à Abidjan capitale du rire. Rappelons que Manitou a été nominé au prix découvertes de RFI. Il était aussi à la célébration du cinquantenaire  Gabon-Corée. Manitou est invité au Parlement du rire ainsi qu’au Marrakech du rire qui sont les sommets du monde humoristique. Il a à son actif, une entreprise dénommée Manprod qui regroupe une bonne fourchette de comédiens de renom notamment Kirikara ; Mariama ; Mama grand nord ; Petit Jesus ; Cébago et bien d’autres. « Le Gabon Manitour me permet de former les jeunes de l’interland et je profite de mon passage pour leur offrir des spectacles ».

Manitou a dit entretenir de bonne relations avec ses collègues mais déplore l’individualisme au sein de leur corporation « A Abidjan, il y’a une fédération du rire mais ici, chacun veut être seul ».

Interpellation :

Manitou déplore tout de même le fait que lorsque des jeunes lancent des projets, les pouvoirs publics ne soient pas toujours disposés à les soutenir. Or lui par exemple  dispose d’une équipe de 17 personnes dont il a la charge : allez y comprendre. « Mon vœu est que les pouvoirs publics respectent les artistes car ils honorent le drapeau. Les humoristes représentent le Vert-Jaune-Bleu par conséquent, je voudrais avoir l’aide de mon ministère de tutelle » a-t-il ajouté avec un air sérieux.

Manitou aime les chiens, déteste les rancuniers, les sorciers et les serpents. Ses plats préférés sont le spaghetti-viande et la sauce d’arachide accompagnée  des « malanga » ou taros. Son défaut «  je mens mais pour la bonne cause » (éclats de rire). Manitou n’est plus un cœur à prendre car étant légalement marié et père de famille.

La 18 Novembre, il fêtera son anniversaire : alors tous ses fans, amis et connaissances peuvent lui offrir pour l’occasion, un cadeau qui lui arrachera un sourire.

JB

PARTAGER