Violences pots électorales : Bruno Ben Moubama, l’avocat du diable

Violences pots électorales : Bruno Ben Moubama, l’avocat du diable

1061
0
PARTAGER
Bruno Ben Moubamba, le ministre de l'habitat.

L’actuel vice premier ministre tance l’opposition dont Jean Ping. Il accuse le leader de la Coalition pour la Nouvelle République d’avoir préparé un plan de violence. Il dit avoir été mis en contribution.

Bruno Ben Moubamba, l’actuel vice premier ministre ne rate  pas une occasion pour se distinguer. Quand il ne s’en prend pas vertement à ses collègues du gouvernement, il tance les membres de l’opposition.

Cette fois, il a décidé de jeter un pavé dans la mare de l’opposition, notamment celle proche de Jean Ping. L’ancien candidat à l’élection présidentielle d’août dernier dit avoir été mis au courant d’un plan machiavélique, visant les violences  lors de la dernière élection présidentielle. C’est d’ailleurs pour cette raison, selon lui, qu’il a dit non à la candidature unique de l’opposition, « les grands opposants qui se sont présentés aux élections avaient un plan de violences. Moi-même j’ai failli être associé à cela. Raison pour laquelle je me suis retiré et que je n’ai pas soutenu le candidat unique puisqu’un plan de violences était prévu », lance t-il

C’est ainsi que dans une interview qu’il a accordé à nos confrères d’Africa N°1, il confirme et signe que Jean Ping et ses collaborateurs avaient un plan de violence « Je ne voulais pas m’associer à ce genre de choses. Si les gens sont morts au Gabon, c’est aussi en partie de la faute de la manipulation d’une certaine opposition qui a laissé penser que ça y est, on allait arriver à cette chose, Ali Bongo allait partir. Pour se faire, des jeunes avaient été mis à contribution. Ils ont été drogués avec du chanvre. On leur a proposé de l’argent». L’objectif, dit-il, était de détruire et brûler les édifices.

Mais là où le bât blesse, c’est près d’un an après que BBM, a décidé d’en parler. Attendait-il qu’il soit nommé au gouvernement pour s’ériger en défenseur d’un régime qu’il pourfendait?

Rappelons tout de même que BBM était l’un des initiateurs de la marche de l’ancien Sobraga, pour protester contre la candidature d’Ali Bongo. Il y a même faillit laisser sa vie. Mais le fusil a changé d’épaule. Du coup, la victime applaudit maintenant son bourreau.

Enzo Noah

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE