Accueil Politique Union & Solidarité : l’aventure s’arrête là pour Kevin Nzigou, Nicolas Nguema...

Union & Solidarité : l’aventure s’arrête là pour Kevin Nzigou, Nicolas Nguema et Ritchuelle Boukandou

PARTAGER
Les trois démissionnaires loirs de la première audience au tribunal de Libreville/DR.

En désaccord total avec l’entrée au gouvernement du président de cette formation politique, en la personne de Jean De Dieu Mouckani Iwangou, Nicolas Nguema, Ange Kevin Nzigou et Elsa Ritchuelle Boukandou, ont décidé de mettre fin à leurs militantisme au sein de l’Union & Solidarité. Ils ont envoyé leurs démissions récemment à l’administration de cette formation politique.

Alors qu’elle était engagée dans une procédure judiciaire entamée depuis peu contre Mouckagni Iwangou, Elsa Ritchuelle Boukandou, a décidé de jeter l’éponge et de mettre fin à sa collaboration au sein de l’Union et Solidarité que dirige l’actuel ministre d’Etat en charge de l’enseignement supérieur. Mais la présidente du Mouvement des jeunes upégistes,  a été suivie dans cette logique par les deux vices présidents de cette formation politique, à savoir: Nicolas Nguema et Ange Kevin Nzigou. Comme elle, les deux jeunes acteurs politiques ont déposé récemment au secrétariat général de leur désormais ex parti politique, des lettres de démissions.

Mais la vague de démissions va-t-elle s’arrêter là ? De source digne de fois, il semblerait que non. D’autres  militants, et pas des moindres, comptent également emboiter le pas aux trois frondeurs.   

Pour sa part,  Elza-Ritchuelle Boukandou, dit surtout démissionner de l’US, du fait de la résistance de Jean De Dieu Mouckagni, à rester à la direction de ce parti. «Nous discourons éloquemment sur notre attachement à la loi, nous proclamons notre attachement à la démocratie, mais nous pratiquons lamentablement l’exact opposé du crédo démocrate. La crise née au sein de notre parti du fait que le président veuille se maintenir à sa tête en usant même du dilatoire devant le tribunal l’illustre parfaitement», a expliqué la présidente du MJU.

Quant à l’avocat Ange Kevin Nzigou, il a déposé sa démission du fait qu’il ne reconnaitrait plus la ligne du parti, qu’il a pourtant contribué à sa création « Tous les vices que nous dénoncions sont désormais érigés en vertus de gouvernance. Et ceux qui, comme moi, commettaient le crime de rappeler les principes qui fondaient notre accord commun, sont systématiquement vilipendés et présentés comme des jaloux en quête de notoriété. Le comble atteignant son paroxysme, vous avez trouvé le moyen de recruter une catégorie de militants, dont la seule arme politique tient à leur allégeance à l’opportunisme puant et à la servilité sans répit».

Nicolas Nguema, le 4ème vice président, lui va du fait qu’ en plus de son entrée au gouvernement, Mouckagni Iwangou, « entraine tout le parti dans sa volte face  idéologique au profit du système en place, pour des raisons mercantiles et nullement pour des raisons évoquées par le président de l’US lors de sa conférence de presse ».

Maintenant que les trois acteurs politiques sont en électrons libres, où vont-ils aller continuer leurs parcours politiques ? La réponse semble être trouvée. On indique la création d’une nouvelle formation politique, ‘’Pour le Changement’’ en abrégé (PLC)

PARTAGER