Union Nationale : Mike Jocktane jette l’éponge

Union Nationale : Mike Jocktane jette l’éponge

524
0
PARTAGER
Mike Jocktane, lors d'une précédente conférence de presse.

L’avant dernier vice président de l’Union Nationale, Mike Steeve Jocktane vient de déposer son tablier. Il a fait savoir sur la page Facebook et au secrétariat de cette formation politique de l’opposition par une lettre de démission.

Alors qu’il était traduit en conseil de discipline comme d’autres de ses collègues de l’Union Nationale ayant accepter de prendre part au dialogue politique initié par Ali Bongo, Mike Steeve Jocktane, vient de présenter sa lettre de démission à cette formation politique de l’opposition et présidée par Zachary Myboto.

Il faut dire que tout n’allait plus pour le mieux  entre  l’homme de Dieu et ses amis de l’UN, d’abord depuis la dernière élection présidentielle, puis depuis qu’il a répondu favorablement à la demande du pouvoir en place de prendre part aux assises d’Angondjé, alors même que l’Union Nationale en avait décidé autrement.

Dans cette lettre de démission, celui qui était encore considéré comme l’un des vices présidents de l’Union Nationale a adressé quelques raisons de son départ. L’homme de Dieu n’y va pas du dos de la cuillère. Sans douleur, il accuse le président de l’Union Nationale d’être à l’origine des maux qui minent cette formation politique. ‘’ Je ne crois en la capacité du président Myboto et ses affidés à conduire le combat avec succès. Ses méthodes archaïques et d’un autre âge empêchent la modernisation du parti ; son marque d’esprit démocratique, ajouté à sa faiblesse devant les siens (ceux de sa famille particulièrement, a contribué d’ailleurs à chasser à un grand nombre de nos cadres’’. Pour lui, affirme t-il, ‘’l’Union Nationale n’est que l’ombre de lui-même et n’a plus rien avoir avec le parti ambitieux et de masse dans lequel je me suis engagé, il y a quelques années’’.

A noter que Mike Steeve Jocktane est le deuxième vice président, après Jean Eyeghe Ndong  à faire valoir sa close de conscience.

Serge Du Palvier

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE