Accueil Politique Union et Solidarité : brouille entre Mouckagni Iwangou et son directeur de cabinet adjoint

Union et Solidarité : brouille entre Mouckagni Iwangou et son directeur de cabinet adjoint

PARTAGER
©DR

Entre Jean de Dieu Mouckagni Iwangou et son directeur de cabinet adjoint  Etienne Francky Meba Ondo, par ailleurs, son chargé d’études au ministère de l’enseignement supérieur, le divorce est prononcé. Le premier cité, vient de signer l’acte de ce divorce.

 C’était prévisible, cette réaction de Mouckagni Iwangou, ministre en charge de l’enseignement supérieur à l’endroit de son directeur de cabinet adjoint Etienne Francky Meba Ondo. Ce dernier avait, lors d’un message, demandé la preuve légale de la tournée républicaine du directeur de cabinet du président de la République, Brice Laccruche Alihanga. « Depuis quelques semaines, monsieur le directeur de cabinet du président de la République sillonne les chefs-lieux de province en votre nom, avec les prérogatives et les honneurs d’un Chef d’Etat, puisque reçu par toutes les autorités, dont les gouverneurs, les maires, les ministres et les élus nationaux et locaux » « Si d’aucuns versent dans toutes les interprétations, le citoyen que je suis veut rester attaché à la légalité », avait –il écrit.

Des écrits qui n’ont pas plu au premier responsable de l’Union et Solidarité, lui qui a été l’un des pionniers de la tournée de Brice Laccruche Alihanga, dans la province de la Ngounié.

Et comme il fallait s’y attendre, Mouckagni Iwangou, s’est exprimé dans une correspondance. Dans ce document, Moukagni relève de ses fonctions son directeur de cabinet politique adjoint, mais aussi de ses fonctions de chargé d’études au ministère de l’enseignement supérieur.  »J’ai appris ultérieurement votre refus qui tient à des raisons que je n’ai pas à exposer ici, et par message, vous m’avez exprimé votre sentiment devant l’émoi que susciteraient mes images dans l’opinion’ ‘.

Il faut dire que Mouckagni Iwangou, reproche à son désormais ex collaborateur, le fait de s’être adressé au chef de l’Etat « j’ai découvert à Mouila, qu’en fait d’émoi, c’est vous qui avez choisi de le créer, vous adressant au chef de l’Etat, en prenant sur vous de le questionner, sur le sujet qui relève ni de l’agenda du gouvernement, ni des missions confiées à votre département, vous vous êtes affranchi de toutes les convenances dues aux autorités dont vous relevez. » 

Toutes ces attitudes posent le problème de votre loyalisme, interrogent sur les votre maintien au poste de directeur adjoint de cabinet politique, et me conduisent à vous informer que dès réception des présentes, vous êtes relevés de vos fonctions.

Une sanction qui ne s’arrête pas au parti Union et Solidarité, mais aussi aux fonctions de chargé d’études  du ministère de l’enseignement supérieur.

 M. Meba Ondo, inscrivait sa démarche en prenant appui sur les « dispositions de la Loi Fondamentale, citant notamment les articles 21 et 8 du préambule de notre Constitution. Les présentes dispositions consacrent pour le 1er, le devoir  donné à chaque citoyen et l’obligation de défendre sa Nation puis le rappel selon lequel Ali Bongo Ondimba est le Chef de l’Etat que par conséquent, il doit veiller au respect de la Constitution pour le second ». 

PARTAGER