Tournée Républicaine du chef de l’Etat: L’insulte à la place des...

Tournée Républicaine du chef de l’Etat: L’insulte à la place des réalisations

230
0
PARTAGER

Cette question brûle sur toutes lèvres et taraude l’esprit du gabonais.  Eu égard  à la situation des caisses de l’Etat, dont- on dit être vides.

L’actuel chef de l’Etat depuis la semaine dernière parcourt les différentes villes du pays. Raison,  en croire  le porte – parole du gouvernement,  mettre un terme à la campagne de contre vérités, dont-il fait l’objet.  Un fallacieux prétexte, qui n’a pas  trouvé un écho favorable, auprès de nombreux observateurs  de la vie politique du Gabon.   Car, selon ces derniers,  les griefs qui sont  faits au chef de l’Etat,  ne datent pas d’aujourd’hui.  Et Si tel est que, ce dernier, voulait répondre à ses adversaires, avait –il besoin d’utiliser les moyens de l’Etat ?  Les voitures, les médias d’Etat qui transmettent en longueur de journée ses différentes tournées ? Idem, pour les  véhicules loués pour le transport des populations, à travers les villages et départements.   Ici, il semble, que ce sont les moyens de l’Etat, qui ont été mis à contribution, pour réaliser cette tournée républicaine de l’actuel chef de l’Etat.

Ainsi, au lieu d’informer les gabonais sur le climat de tension qui sévit actuellement dans la capitale,  et donner sa version des faits, sur ce climat de terreur, qui prend de plus en plus d’empileur, le candidat à l’élection présidentielle du 27 Août prochain,  a axé  sa tournée, sur  l’injure, en vilipendant et en affirmant que certains hommes politiques proches de l’opposition se seraient  sucrés  derrière le dos du peuple, et qu’il fallait qu’ils  rendent compte de leur gestion.  Tout en balayant d’un revers de la main,  la véritable  question qui préoccupe les gabonais, celle de son  Etat civil.

 Des interrogations,  qui n’ont toujours pas trouvé des réponses depuis le début de cette tournée, et laissent à chaque fois, un goût amer dans la bouche des populations de l’arrière pays.

En promettant cette fois- ci, de construire des dispensaires et des écoles dans ces localités, Ali Bongo aurait dû  donner les raisons pour lesquelles, les provinces et départements du pays n’ont pas connu un développement depuis qu’il trône à la tête du pays.

Pour un président qui dit avoir effectué plusieurs réalisations, sa tournée républicaine maquillée aurait dû lui permettre d’agrainer le chapelet desdites réalisations. Ville par ville, département par département, commune par commune comme promis lors de Conseils des ministres délocalisés. Au lieu de passer son temps à insulter ses opposants politiques.

ADN

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE