Tournée politique d’Ali Bongo au Woleu-Ntem/Etape de Bolossoville L’honorable Bertrand Zibi...

Tournée politique d’Ali Bongo au Woleu-Ntem/Etape de Bolossoville L’honorable Bertrand Zibi Abeghe gifle son Distingué camarade

395
0
PARTAGER

C’est le député du district de Bolossoville du parti au pouvoir qui a quitté le bateau PDG au cours d’un meeting populaire à la tribune officielle de cette sous-préfecture, en présence d’un parterre d’invités politico-administratifs. Parmi lesquels, le président de la République, Ali Bongo et Faustin Boukoubi, le secrétaire général de son parti au pouvoir.

Incroyable, mais vrai. Le Chef de l’Exécutif gabonais n’oubliera jamais l’acte  courageux que vient poser devant ses yeux le natif de Bolossoville lors de son récent passage en tournée politique dans la localité. Ali Bongo et sa délégation politico-administrative qui attendaient des ovations les plus huppées  des populations de la sous préfecture de Bolossoville, la seule du département du Haut-Ntem, ont  plutôt reçu la patate chaude dans leurs mains.  Que s’est réellement passé ?

A la tribune officielle de Bolossoville, il  est 11 heures quand le président Ali Bongo rejoint la tribune officielle.  Tout souriant. Quelques minutes plus tôt, l’honorable député de cette circonscription politique, Bertrand Zibi Abeghé escalade le même lieu pour lire non seulement son discours de bienvenue au Chef de l’Etat et la délégation qui l’accompagnait. Mais, également soutenir ses nébuleux projets de société qui n’ont toujours pas vu le jour.

Très surpris, l’élu de Bolossoville met à nu le dernier septennat du président sortant. Un septennat selon le député, qui a été accentué par la mauvaise gouvernance politique, sociale, économique du Gabon en général, et Bolossoville en particulier. Après ce discours épris du courage, l’élu du Haut-Ntem, a remis sa lettre démission au parti cher au feu président Omar Bongo à son Distingué camarade, Ali Bongo. Ce n’était pas tout. Le député démissionnaire a remis son écharpe tricolore au secrétaire général de son ancien parti politique, Faustin Boukoubi. Une situation qui a étonné plus d’un et plomber sa classe politique présente dans l’émoi total.

Ce geste que vient commettre l’honorable n’est fortuit. Plusieurs raisons l’ont poussé à tendre ce piège au candidat du PDG dans sa terre natale. Pour Bertrand Zibi Abeghé « le président Ali Bongo gère le pays comme son épicerie avec sa légion étrangère (…) je ne pouvais plus cautionner cette gestion scabreuse du Gabon alors que le peuple dont je représente à l’Assemblée nationale croupit dans une pauvreté absolue ».

Ce geste honteux et historique devrait faire école aux dirigeants du parti démocratique gabonais (PDG) de ces démissions en cascade des responsables politiques de cette formation politique, vieille de plus de 40 ans  au pouvoir à quelques jours des joutes présidentielles au Gabon. Cette démission musclée intervient après celle du maire de la commune de Minvoul, Francis Edzidzi N’na. Même si pour le porte-parole du gouvernement, Alain Claude Billié By Nzé « ce geste est un non événement ».

Tar’Engongha

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE