Simon Atangana Ntoutoume Emane : « un seul objectif ; revenir au...

Simon Atangana Ntoutoume Emane : « un seul objectif ; revenir au soleil ! »

657
0
PARTAGER
DR.

Après sa sortie du Gouvernement en octobre 2016 -deux années seulement après y être entré-, le fils adoptif de l’ancien Premier ministre Jean-François Ntoutoume Emane déclarait à qui voulait l’entendre :  »Ne soyez pas triste pour moi, le meilleur est à venir »…

Et le meilleur pour Simon Atangana, c’était une désignation comme Ambassadeur du Gabon à Paris ! Il avait, dès son limogeage de l’équipe gouvernementale, entrepris des démarches, courrier à l’appui, pour remplacer le Plénipotentiaire sortant, Germain Ngoyo Moussavou, dont tout le monde savait qu’il allait être mis à la retraite. Le néo-sexagénaire lui-même annonçait, à ses proches, son prochain départ de France  »pour aller jouir de ses droits à la retraite » au Gabon.

Pour être conseiller d’ambassade, ambassadeur ou membre du Gouvernement, Simon Atangana s’était toujours appuyé sur son père. En janvier 2014, lorsqu’il reçoit chez lui à Tahiti deux émissaires de la présidence de la République venus lui annoncer que son bail à l’Hôtel de Ville ne sera pas renouvelé, on lui demande de proposer un nom pour le Gouvernement, et il choisit Simon Atangana. Tout le monde se rappelle avec quel faste Jean-François Ntoutoume Emane avait célébré, quelques semaines plus tard à l’hôtel Laaico, la promotion de son  »fils » au Gouvernement…

Pour une fois que Simon Atangana effectuait lui-même une démarche pour un poste de haute importance, cette démarche s’est soldée par un échec retentissant. On lui a préféré un novice en diplomatie, Flavien Enongoué, pour aller diriger ce qui apparaît encore comme la plus importante mission diplomatique du Gabon.

L’éphémère ministre du Travail oubliait sans doute que ses deux décennies en diplomatie avaient été marquées par des détournements massifs des deniers publics. Les rapports des Inspecteurs des Missions diplomatiques en font foi. Que ce soit à Londres où il était Chargé d’Affaires, ou à Beyrouth (Liban) et à Madrid (Espagne) où il servait en qualité de chef de mission diplomatique, Simon Atangana s’était illustré par ces pratiques viles. Son enrichissement extravagant dans ces ambassades est marqué d’une croix rouge sur les rapports de l’Inspection Générale des Missions diplomatiques et consulaires au ministère des Affaires étrangères et au ministère du Budget et des Comptes publics.

Outre le coup porté aux finances publiques,  »Son Excellence » s’était aussi fait remarquer par une lutte acharnée contre ses collaborateurs à qui il ne voulait accorder aucun avantage. Odjia, Kombila, Bibalou, Sambissa et Tessa peuvent en témoigner…

Lui donner Lutèce aurait été, pour lui, une occasion de faire  »subir la vie dure » aux diplomates gabonais en poste dans la capitale française.  »La mauvaise réputation de Simon sur la gestion de l’argent public et sur le management des ressources humaines est connue de tous », tient à rappeler un de ses anciens collaborateurs de Beyrouth.

Malgré cet  »échec », Simon Atangana Ntoutoume Emane espère toujours obtenir un point de chute pour poursuivre ses basses besognes contre l’argent collectif. Sa présence parmi les  »amis du Président » qui viennent d’organiser deux conférences de presse n’est pas fortuite. Elle tient à un seul  objectif : revenir au soleil !

J.A

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE