Accueil Politique Santé d’Ali Bongo : le PLC; des preuves ou l’application de l’article...

Santé d’Ali Bongo : le PLC; des preuves ou l’application de l’article 13

PARTAGER
Le logo du Parti pour le Changement/(c)DR.

Alors que le porte parole de la présidence est venu tard dans la nuit du dimanche donner les assurances  sur l’Etat de santé d’Ali Bongo, le chef de l’Etat,  Pour Le Changement, parti politique dirigé par Nicolas Nguema et Ange Kévin Nzigou,  exige des preuves  du rétablissement du numéro 1 gabonais.

 Il faut dire que le Parti pour Le Changement que préside Nicolas Nguema,  n’est pas rassuré des informations données  par la présidence de la République via son porte parole Ike Ngouoni, qui, tard dans la nuit du dimanche, a rassuré l’opinion sur l’Etat de santé d’Ali Bongo, le chef de l’Etat gabonais, admis dans un établissement hospitalier à Riyad en Arabie Saoudite. A l’instar d’autres partis et des personnalités politiques de l’opposition,  Pour le Changement exige des preuves sur l’Etat de santé d’Ali Bongo.

Dans une déclaration parvenue à notre rédaction, le PLC indique vouloir des preuves, garantissant que le numéro 1 gabonais est en même d’assumer physiquement  et mentalement ses fonctions, notamment un bulletin de santé qui émane des médecins  «  qui le suivent, si tant est que ce dernier se trouve dans un établissement hospitalier tel que mentionné par le porte parole de la présidence de la République,  indique le communiqué. Le PLC indique ne pas se contenter d’un communiqué laconique.

 Toujours dans le même communiqué, le Parti pour Changement, précise que sans preuve valable sur le rétablissement de la première autorité du pays, l’application au cas échéant, de l’article 13 de notre constitution relatif à la vacance du pouvoir temporaire ou permanente s’impose.

Les inquiétudes du PLC pourraient venir du fait que entre samedi et dimanche, le porte parole ait d’abord indiqué que le chef de l’Etat souffrait d’une fatigue légère, avant de parler d’une fatigue sévère. Mieux, dans sa traditionnelle rencontre avec la pesse, Ike Ngouoni, s’est plus penché sur le déroulement du deuxième tour des élections, que sur l’Etat de santé d’Ali Bongo, alors que la toile s’affolait à ce sujet

PARTAGER