Accueil Politique Résidence d’Oyo : Un projet mort-né, un des grands mensonges d’Etat ?

Résidence d’Oyo : Un projet mort-né, un des grands mensonges d’Etat ?

PARTAGER
(c)internet.

Avec les promesses intenables faites par Ali Bongo dans son discours à la Nation le 31 décembre dernier, nous revenons ici sur une autre promesse. En effet, dans son discours à la Nation le 17 août 2015, à l’occasion de la Fête de l’Indépendance, Ali Bongo avait annoncé qu’il offrait à l’Etat et à la jeunesse gabonaise, pour y bâtir une université, la résidence privée d’Omar Bongo située à côté du Camp de Gaulle. Près de trois années plus tard, dans les trois budgets d’Etat votés depuis lors (Lois des finances 2016, 2017 et 2018), aucun ligne liée à cette université n’existe. Pour beaucoup, cette annonce apparaît aujourd’hui comme un mensonge d’Etat.

Tous les espoirs étaient autorisés dans l’allégresse des premières semaines. Inattendue et audacieuse, l’annonce de cession de la luxueuse résidence  »Oyo » à l’Etat gabonais avait fait l’objet d’une bombe dans l’opinion, et même si pour beaucoup, la ficelle était énorme, nombre d’observateurs l’avaient gobée…

D’ailleurs, quelques semaines après le discours du chef de l’Etat au cours duquel celui-ci avait annoncé, le 17 août 2015, qu »’au nom des enfants d’Omar Bongo, j’ai décidé de céder à l’Etat gabonais, à titre gracieux, la propriété située à côté du Camp de Gaulle pour en faire une université », une cérémonie officielle de cession eut lieu à la  »résidence d’Oyo ». C’était le 24 octobre 2015. Présidée par le Secrétaire Général de la présidence de la République d’alors, Etienne Massard Kabinda Makaga, la cérémonie vit la participation de plusieurs membres du Gouvernement, notamment le ministre du Budget et des Comptes publics, Christian Magnagna, le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Désiré Guédon, et le ministre de l’Enseignement supérieur, Denise Mekam’ne Edzidzi, ainsi que le Gouverneur de la province de l’Estuaire. Une centaine d’élèves furent associés pour donner du cachet à l’événement.

Depuis le 17 août 2015, rien n’est entrepris…

Vaste domaine de 215.411 m2, la Résidence d’Oyo appartenait à Omar Bongo. Construite entre 1992 et 2003, cette propriété qui dispose de plusieurs maisons à l’intérieur est adossée au camp militaire français Charles de Gaulle. Située sur la Voie Express (à l’avant), elle a toujours été gardée par des éléments de la Garde Républicaine. Même cédés à l’Etat Gabonais aux termes de l’arrêté n° 00242/MBCP du 01.10.2015, pour en faire une université, les lieux ont gardé le même décor.

De plus, depuis sa cession officielle, aucun des budgets adoptés n’a accordé une seule ligne à la mise en place de cette université. Ni le budget 2016, ni le budget 2017, encore moins celui de 2018 adopté actuellement au Parlement, ne lui accorde une existence autre que le document remis au ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme et au ministre chargé du Budget et des Comptes publics le 24 octobre 2015. Aucun budget, aucune disposition particulière, aucune annonce relative à une université dans cette propriété ! De même, aucun des ministres de l’Enseignement supérieur nommés depuis 2015 (Denise Mekam’ne, Désiré Guédon, Guy-Bertrand Mapangou,…) n’a daigné annoncer quoi que soit sur cette université…improbable !

 »Oyo », un projet mort-né

La cession de la Résidence d’Oyo à l’Etat Gabonais semble s’être arrêtée le jour même de son annonce de cession. En effet, qui aurait pu imaginer, après la cérémonie de cession fortement médiatisée du 24 octobre 2015, que près de trois années plus tard, aucune ligne budgétaire ne serait consacrée à ce grand projet ? Qui aurait pu imaginer, que près de trois années après cette cérémonie faste à la veille de l’élection présidentielle du 27 août 2016, l’opinion ne verrait aucun engin sur ce site ? Qui aurait pu imaginer, près de trois années après cette cérémonie faste, qu’aucun ministre nommé à l’Enseignement supérieur ne se lancerait dans la concrétisation de ce projet ?

Dans l’opinion, se développe de plus en plus, depuis quelque temps, l’idée selon laquelle le  »projet Oyo » est  »un des grands mensonges d’Etat ». Certains observateurs affirment que  »c’est un projet mort-né », comme le sont d’autres projets depuis 2009. De quoi ébranler les certitudes de celles et ceux qui y croyaient le plus, même si le projet n’avait jamais contenu de réelles et évidentes avancées. Comme le projet d’aéroport d’Andème dont on reparle avec le même aplomb sept ans plus tard, et comme le projet de construction des universités de Port-Gentil, de Mouila et d’Oyem ou comme la transformation de Port-Gentil en  »Petit Dubaï » et la construction de l’annexe de l’Université Omar Bongo à Booué dans l’Ogooué-Ivindo,  »Oyo » est un des grands mensonges d’Etat. Et cela cause un vrai malaise dans l’opinion.

PARTAGER