Accueil Politique Réformes du dialogue d’Angondjé : le centre gabonais des élections, un titre...

Réformes du dialogue d’Angondjé : le centre gabonais des élections, un titre foncier pour certains opposants ?

PARTAGER
DR.

Le centre gabonais des élections, entité nouvellement mise en place à la suite du dialogue d’Angondjé et qui doit remplacer l’actuelle CENAP, est au centre des débats, notamment au sein de l’opposition.

Le centre gabonais des élections, cette entité qui vient d’être mise en place à la suite du dialogue d’Angondjé est-il la propriété de quelqu’un ? Mieux, doit-il être l’affaire des seuls opposants ayant  pris part au dialogue organisé par les pouvoirs publics ? Cette question en tout cas, est au centre des débats dans certains milieux de la capitale. Les plus acerbes, notamment ceux ayant pris part au dialogue d’Angondjé, pensent que les opposants ayant refusé de prendre part à cette messe ne devraient pas fourrer leurs nés dans cette entité. Ils soutiennent cette position, en disant que ceux qui ont refusé d’accepter Ali Bongo comme président du Gabon, sont mal placés pour parler du CGE.

Ce débat s’est envenimé depuis qu’une quarantaine des partis, y compris ceux ayant pris part au dialogue, ont proposé une liste pour la composition de cette entité. Il ne fallait pas plus pour que certains partis ; notamment DN, PSD et le PDS, voient d’un mauvais œil cette action. Mieux, le PDS et le PSD étaient pourtant lors des réunions avec les quarante autres partis, mais ont curieusement fait volte-face pour aller s’allier à Démocratie  Nouvelle, qui pense que le CGE est son affaire. « Il n’y a pas de gabonais portant les galons de dialogue du fait d’avoir pris part au dialogue »,  a laissé entendre David Mbadinga, dans un entretien qu’il a accordé au quotidien l’Union.

Maintenant que deux listes ont été envoyées pour le compte de l’opposition que va-t-il se passer ? Va-t-on faire la part belle à ceux ayant pris part au dialogue ? 

Quoiqu’il en soit, pendant qu’au niveau de l’opposition on se déchire encore, au niveau de la majorité présidentielle, on se frotte les mains et on  se félicite d’ailleurs d’avoir concocté une seule et unique liste.

PARTAGER