Présidentielle 2016 Une majorité ; deux candidats

Présidentielle 2016 Une majorité ; deux candidats

137
0
PARTAGER
Paul Mba Abessole et sa femme

Ali Bongo n’est plus le seul candidat de la majorité républicaine pour l’émergence à cette élection d’août prochain. Paul Mba Abessole, candidat du Rassemblement pour le Gabon, estime que son parti est membre de la majorité, tout en qualifiant d’arbitraire, son exclusion de ce groupement politique.

Visiblement au sein de la majorité présidentielle pour l’émergence rien ne va plus entre membres signataires. Nombre de signataires, à l’instar du RPG, ne veulent plus participer à ce ‘‘machin’’, comme des moutons de panurge.

Alors que l’ancien homme d’église avait fait été adoubé par son parti, lors de son congrès extraordinaire, pour se porter candidat à la prochaine présidentielle, ses pairs de la majorité présidentielle estimaient qu’il avait violé la charte de ce regroupement. Ce qui a fondé son exclusion. Et comme il fallait s’y attendre, Paul Mba Abessole ne s’est fait pas prier pour donner une réponse cinglante à ses collègues de la majorité.

Lu par le secrétaire général de ce parti, le RPG ‘’dénonce une tentative de dictature, qui viserait à empêcher tout débat autour de la candidature unique d’Ali Bongo dans la majorité et exclure sans respect des procédures, ceux qui mettraient à nu l’arbitraire, le faux et la non contradiction érigée en stratégie’’.  En plein dans le mille. Cette diatribe n’a pas épargné Guy Christian Mavioga, le porte-parole de cette majorité, que le parti de Mba Abessole considère « comme un acteur très zélé, qui a lu avec une fierté ambiguë et a manqué expressément et de ne pas souligner les fondamentaux de cette charte ». En effet, l’article 19 de cette charte stipule : « pour l’élection présidentielle, et conformément à l’article 1, le chef de la majorité est le candidat naturel, dès lors qu’il en exprime le vœu. L’application de cette disposition donne lieu à des négociations entre les chefs des partis signataires sur le projet social du candidat ». Un détail que n’a pas – par ignorance ou fait exprès – mentionné le porte-parole dans sa sentence contre le président du RPG.

Selon le leader du RPG, Ali Bongo n’a jamais exprimé le vœu d’être candidat ; mais il s’est imposé, en le déclarant à Port-Gentil. De même qu’il n’a jamais daigné consulter les autres leaders de la majorité, pour ouvrir des négociations, comme le stipule l’article 19 ci-dessus évoqué.

Ce n’est pas tout. Un autre article de la même charte prouve bien que c’est la voie de la dictature, de la pensée unique que l’on emprunte dans cette majorité. L’article 12, c’est de lui dont il est question, précise que « les partis membres de la majorité s’abstiennent de développer des actions et déstabilisation des partis membres. » Or, fait remarquer le RPG, « en avril 2016, dans le cadre de cette présidentielle d’août prochain, alors même qu’il n’était pas encore exclu de la majorité, le PDG a unilatéralement et en toute illégalité, exclu le RPG de la représentation de la majorité à la Cenap. » Autant de faits, qui ont motivé la candidature de Paul Mba Abessole.

Par ailleurs, le RPG dénonce son exclusion, pace que n’ayant pas été faite dans les règles de l’art. Dans le cas d’espèce, l’exclusion d’un parti membre de la majorité, est faite par décision du chef, avec la convocation d’un collège constitué proportionnellement au nombre d’élus nationaux. Ce qui n’a pas été fait. Paul Mba Abessole considère que la majorité a désormais deux candidats, parce qu’il se considère aussi comme le candidat de ce regroupement politique.

Voilà une ambiance qui s’annonce chaude au sein de la majorité ‘‘façon façon’’, comme la qualifiait déjà le même Mba Abessole, il y a quelque temps.

Boris Biyoghe

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE