Présidentielle 2016 Le compte à rebours a commencé

Présidentielle 2016 Le compte à rebours a commencé

163
0
PARTAGER

La campagne pour l’élection présidentielle du 27 août prochain s’ouvre ce samedi 13 août 2016 sur tout le territoire national et prendra fin le 26 du même mois. Pendant deux semaines, les 14 candidats auront l’occasion de présenter leur offre politique aux milliers d’électeurs gabonais. Il appartient donc aux Gabonais de faire le bon choix du président de la République qui va conduire les destinées du Gabon au cours des sept prochaines années.

A jour-j-4, 14 candidats et leurs partis amis vont rentrer en campagne présidentielle. Parmi ces candidats, l’on note  en première position Ali Bongo Ondimba, le président sortant. Le candidat du PDG au pouvoir au terme de son septennat, a d’abord un bilan à défendre. Le président Ali Bongo, dès son accession à la magistrature suprême par coup de force, parlait de l’émergence du Gabon à l’horizon 2025. Laquelle émergence était basée sur un triptyque à savoir : paix, développement et partage. Outre ce projet de société, le Distingué camarde, pour atteindre cet objectif, a promis bâtir  le Gabon en engageant plusieurs réformes basées dans  trois secteurs distincts. A savoir, le Gabon vert, le Gabon de services et enfin le Gabon industriel.

La question est celle de savoir si le président sortant est arrivé au bout du tunnel de son projet de société diversifié  et mitigé ? Cette question vaut son pesant  d’or au regard des points de vue divergents des Gabonais. Sans pourtant faire à un quelconque procès au fils héritier de feu Omar Bongo, le dernier mandat d’Ali Bongo  a été secoué par des tensions sociopolitiques et économiques et administratives. Des promesses non tenues.  Il a engagé plusieurs réformes dans différents secteurs. Ces réformes ont plutôt plongé l’appareil étatique dans un trou sans fond. Les différents gouvernements mis en place n’ont pas été aux attentes des administratifs et administrés. Des grèves à répétition. Bref, les Gabonais déduisent en un mot que le bilan du président Ali Bongo a été quasi calamiteux. Tout au long de cette campagne, le président Ali Bongo, ses alliés et chasses gardés vont batailler face aux opposants pour se succéder lui-même au pouvoir. La bataille de ces derniers sera axée sur ‘’l’égalité des chances’’. Tel est le projet de société du chef de la majorité républicaine et sociale du Gabon. Bien beau de parler de cette nouvelle offre politique. Mais, les leaders politiques de la mouvance présidentielle croient que les Gabonais sont amnésiques.  Au contraire, ces derniers demanderont les comptes à toute personne qui défendra les couleurs du PDG et partis alliés. La question est celle de savoir si ces populations gabonaises opprimées sont satisfaites du bilan du   précédent mandat Ali Bongo ?  Nous répondons par la négation. Puis que le climat politique délétère en témoigne.

Autre candidat, Jean Ping. L’ancien président de la Commission africaine a fait le tour du Gabon. Ce périple a permis au natif d’Omboué de toucher du doigt aux conditions de vie des Gabonais. Les conditions de vie d’ailleurs jugées précaires. Le président Jean Ping propose aux Gabonais de les mettre ‘’à l’abri de la peur et du besoin’’. Telle d’ailleurs son offre politique. Celle-là que  ses hommes de mains vont vendre aux électeurs gabonais qui ont soif de l’alternance et du changement. Jusqu’au soir du 26 août prochain.

Dans la même perspective, l’ancien président de l’Assemblée nationale est en lice. Il s’agit du candidat Guy Nzouba Ndama. Son objectif est barrer la route à Ali Bongo et ses colistiers. Pour en finir avec eux, le natif de Koulamoutou se base sur  un projet société semblable à celui du premier président du Gabon, feu Léon Mba Minko Mi Edang : Gabon d’abord.

Enfin, les candidats Raymond Ndong Sima, Dieudonné Milama Mitoghe et bien d’autres ont également des projets de société auxquels ils vont proposer aux Gabonais. Il revient donc aux citoyens de toutes les neuf provinces de faire le bon choix et le meilleur candidat qui va apporter un changement radical, à la bonne gouvernance du pays et au redressement de l’économie gabonaise au cours des sept  prochaines années.

Tar’Engongha

 

 

 

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE