Accueil Politique Présidence de la République: Les luttes intenses autour du chef de...

Présidence de la République: Les luttes intenses autour du chef de l’Etat ont eu raison de Rossatanga

PARTAGER
DR.

Guy Rossatanga Rignault est, bien sûr, devenu ministre. On peut même dire d’avance qu’un siège de député l’attend dans les Lacs (où il devrait prendre la suite de son oncle, Albert Ndjavé Ndjoy, qui, le premier, l’avait nommé à un poste de conseiller (au ministère de la Communication et de la Culture), mais le professeur de Droit (Article 23) n’était plus en odeur de sainteté au Palais du bord de mer…

Les luttes d’influence sont rudes au Palais du bord de mer. Après Annie-Chrystel Limbourg Iwenga,  »Ross » l’a appris à ses dépens. Le 20 février dernier, alors qu’il se trouvait en mission à l’extérieur, le professeur de Droit (article 23) a appris sa promotion au Gouvernement au poste de ministre de la Pêche, de la Mer et de la Sûreté maritime.  »Une sortie par le haut décidée par Ali Bongo pour lui éviter l’humiliation », selon un Conseiller de la présidence de la République.

Des indiscrétions émanant des sources généralement bien informées indiquent que  »les relations entre le ministre des Affaires présidentielles et son successeur au poste de Secrétaire général de la présidence de la République n’ont jamais été bonnes ». La preuve ? Bien que nommé à ce poste en décembre 2016,  »Guy Rossatanga Rignault n’a jamais occupé le bureau affecté au Secrétaire général de la présidence ». Il avait accepté contre mauvaise fortune bon cœur de  »rester à son bureau du 3ème étage, si loin du  »centre de décision » au 1er étage ».

Profitant donc du dernier réaménagement technique du gouvernement effectué le 20 février, ses  »amis bienveillants » -le ministre des Affaires présidentielles soutenu par le directeur de Cabinet du président de la République- auraient suggéré à  »l’autorité » de l’évincer du Palais du bord de mer. Mais, grand seigneur, Ali Bongo a décidé, suite à cette mise à l’écart obtenue par le  »duo », de le  »monter » au gouvernement.  »Tout est bien qui finit bien », pourrait-on dire. Une nouvelle carrière s’ouvre au professeur de Droit (article 23). Il va sans aucun doute avoir, en plus de ce poste de ministre, le siège de député de son oncle, Albert Ndjavé Ndjoy. Le département de l’Ogooué et des Lacs mérite bien, lui aussi, un certain renouvellement…

Âgé de 55 ans, Guy Rossatanga Rignault, qui n’a commis qu’une faute dans son parcours universitaire (celle de se faire  »bombarder » professeur agrégé de Droit par l’article 23 sous Omar Bongo) faisait face depuis quelque temps à un clan du Palais du bord de mer qui lui reprochait une certaine arrogance, et d’être  »imbu de sa personne ». A lui de démontrer tout le contraire dans le département ministériel qu’il est appelé à diriger.

PARTAGER