Accueil Politique Plaidoyer sur la libération des prisonniers politiques: Le Comité pour la Libération...

Plaidoyer sur la libération des prisonniers politiques: Le Comité pour la Libération des Prisonniers Politiques au Gabon voit le jour.

PARTAGER
Les membres du RLBG et les familles des victimes/(c)pyramidmediagabon.

Suite aux multiples disparitions forcées des militants de l’opposition dont celles d’Obame Nsimoro Jocelin dit « Stempy », Alain Mbela Obiang et Armel Mouendou, le Réseaux des Organisations Libres de la Société Civile pour la Bonne Gouvernance(ROLBG), œuvrant dans la promotion des Droits de l’Homme, a organisé une conférence de presse à laquelle y ont prit part les représentants des familles de personnes victimes d’enlèvement. Celle-ci a débouché sur la création ‘’du comité de libération des prisonniers politiques au Gabon’’.

Les objectifs de ce nouveau comité seront, à en croire les propos de Georges Mpaga, président exécutif national du ROLBG de : Mobiliser l’opinion publique nationale et internationale sur les graves violations des droits de l’homme, notamment le sort des centaines de prisonniers politiques injustement détenus pour avoir dénoncé le coup d’Etat électoral au Gabon ; Mobiliser à l’international, les réseaux et organismes de défense des droits humains pour la libération de tous les prisonniers politiques ; Dénoncer les arrestations arbitraires, enlèvements et kidnappings à caractère politique ; Dénoncer la torture systématique et les traitements dégradant infligés aux prisonniers politiques ; Amplifier le plaidoyer et la mobilisation de la justice internationale pour enquêter sur les atrocités commises au Gabon. Tout ceci pour le seul et même objectif : parvenir à la libération de tous les prisonniers politiques.

Ce comité ne se limitera pas aux seuls prisonniers politiques, mais aussi aux enlèvements à des fins criminelles, tels que les crimes rituels, a aussi annoncé le président exécutif du ROLBG. Ce dernier a ainsi invité toutes les familles encore dans l’ombre ayant constaté la disparition d’un proche, de se faire recenser.

Emmanuela Makeghele

PARTAGER