Accueil Politique PDG: Pourquoi le programme annoncé par Eric Dodo Bounguendza n’est pas...

PDG: Pourquoi le programme annoncé par Eric Dodo Bounguendza n’est pas réaliste ?

PARTAGER
DR.

Réunissant le gotha politique du Parti démocratique gabonais (PDG) le samedi 3 novembre dernier, le Secrétaire Général du parti a fait une annonce qui en a surpris plus d’un -celle de relancer les activités du parti dans toutes les circonscriptions, en allant remercier, dès samedi prochain, les électeurs ! Mais comment aller remercier les électeurs le 10 novembre alors que la Cour Constitutionnelle n’a pas proclamé les résultats ? Comment aller remercier les électeurs alors qu’on ne sait pas si le recours de votre adversaire a été rejeté ?

 »Qu’est-ce qu’il a Dodo ? N’avait-il vraiment rien d’autre à annoncer qu’un tel programme ? », s’est indigné un nouveau député qui a requis l’anonymat. Le Secrétaire Général du PDG est venu, en effet, ce jour-là, demander aux nouveaux élus nationaux (députés) et locaux (conseillers municipaux et départementaux) d’aller  »remercier leurs électeurs » le 10 novembre prochain.

Or, Eric Dodo Bounguendza sait bien que le processus électoral ne cesse que lorsque la Cour Constitutionnelle a proclamé les résultats. Le processus électoral étant donc encore en cours avec notamment les recours qui ont été déposés auprès de la haute cour, on ne sait pas en réalité qui, parmi les élus actuels de son parti, devra repartir aux urnes après une éventuelle annulation.

La réflexion existe-t-elle vraiment au sommet du PDG ? Beaucoup en doutent aujourd’hui. L’universitaire qu’il est devrait avoir une  »intelligence stratégique » et ne pas se limiter à céder à l’émotion, à l’actualité des derniers jours. On pense en effet qu’Eric Dodo Bounguendza a juste voulu, ce jour-là,  »parasiter » le discours à la Nation de Jean Ping, le Président de la Coalition de la nouvelle République. Mais quand on veut parasiter un discours, on choisit bien les mots, on s’appuie sur une stratégie pour donner un programme d’activités viable.

Dodo Bounguendza a-t-il des informations selon lesquelles la Cour Constitutionnelle va rejeter les recours de tous les adversaires du PDG et que, donc, il n’y aura aucune annulation ?  

Or, que va-t-il se passer le 10 novembre à Oyem ? D’un côté, on aurait Jean-Marie Obame Ondo qui irait remercier ses électeurs du 2ème arrondissement, et, de l’autre, l’adversaire d’Edgard Owono Ndong (RHM) qui serait en compétition pour le siège du canton Ellelem ? Dans le reste du pays, on irait  »festoyer » avec les électeurs, alors que l’on n’est pas sûr que l’élection à laquelle on a pris part est validée par la Cour Constitutionnelle… A moins que Dodo Bounguendza ait des informations de la haute cour qui lui feraient savoir qu’aucun recours initié par un adversaire du PDG ne sera jugé recevable, l’opinion ne comprend pas cette sortie du Secrétaire général du Parti démocratique gabonais qui est tout sauf une idée géniale. Quand on est -comme Dodo Bounguendza l’est depuis son arrivée en août 2017 à Louis- imbu de sa personne, on devrait soigner son propos, et ne pas laisser croire qu’on n’a plus le temps de la réflexion !

L’opinion commence à avoir des doutes sur la capacité de réflexion stratégique du Secrétaire Général du PDG ! 

Faut-il rappeler que l’opinion avait commencé à avoir des doutes sur le chef du Secrétariat exécutif du parti de Louis lorsque, au moment de la campagne pour les dernières élections couplées, le PDG avait plagié, avec gourmandise, le slogan de la Banque africaine de développement (BAD). Cette institution avait en effet lancé le slogan :  »avec la Banque africaine de développement, accélérons la transformation économique de l’Afrique », et le Parti démocratique gabonais avait repris,  »avec le PDG, accélérons la transformation du Gabon » !  Un confrère en ligne avait alors moqué les  »lumières » et les  »intelligences » de cette formation politique qui se contentaient de plagier des slogans venus d’autres intelligences.

Même si ce n’est pas la première fois qu’un parti ou une personnalité politique fait du plagiat, cela avait tout de même surpris l’opinion. En un mot comme en mille, des militants du PDG n’ont pas trouvé réaliste le programme d’activités annoncé par Eric Dodo Bounguendza au moment où l’on attend la proclamation des résultats des élections législatives par la Cour Constitutionnelle.  »Il s’agit d’une grave erreur de sa part, voire d’une faute politique, le fait de faire cette annonce qui paraît à tout le moins hâtive », estime un membre du secrétariat exécutif du parti.

PARTAGER