Accueil Politique Opposition : Pour Le Changement sur le terrain de l’action

Opposition : Pour Le Changement sur le terrain de l’action

PARTAGER
Le directoire de Pour Le Changement/pyramidmediagabon.

Crée il y a peu de temps, le dernier né des  partis politiques dirigé par Ange Kevin Nzigou, Nicolas Nguema et Elza Ritchuelle Boukandou, est actuellement sur le terrain, non seulement pour présenter leur nouveau bébé, mais aussi et, surtout, de démontrer leur détermination à riposter contre le pouvoir. Les populations du 6è arrondissement ont donc été les hôtes de  »Pour le Changement », le weekend écoulé.

Nouveau né du paysage politique gabonais, le parti Pour Le Changement dont la présentation officielle a eu lieu, il y a quelque temps, se dit de gauche progressiste. Il est dirigé par des anciens cadres de l’Union et Solidarité de Jean De Dieu Mouckagni, dont Ange Kevin Nzigou, Nicolas Nguema, Elza Ritchuelle Boukandou, Thomas Ibinga et Eric Moussavou.

Dans le cadre de la présentation de cette nouvelle formation politique de l’opposition, le jeune parti a été l’hôte des populations du 6è arrondissement de Libreville, le dimanche 01 juillet dernier, dans le cadre de son meeting inaugural. Là-bas, en plus d’aller  présenter  »Pour le Changement », il était également question de réitérer l’ambition de ses fondateurs à en découdre avec le pouvoir actuel. « Notre parti n’est pas un parti sectarisme ». « Notre parti doit œuvrer pour l’humanisme », favoriser les personnes avec de faibles ressources financières ». Pour le Changement doit être un parti d’action », a souligné Ange Kevin Nzigou. 

 Pour le changement, comme l’a souligné son l’un de ses fondateurs, Ange Kevin Nzigou, se positionne comme un parti qui prône le renouveau, dont la légalité et la justice doivent être privilégiées, afin qu’il puisse avoir un changement véritable.

La création du parti  Pour le changement coïncide avec les prochaines élections législatives, dont les principaux responsables en sont candidats, notamment, Nicolas Nguema dans le premier arrondissement de Libreville et Elza Ritchuelle Boukandou, dans la commune de Ndendé, province de la Ngounié. Profitant de cette occasion, Nicolas Nguema, membre fondateur du PLC, a demandé à ses hôtes de sanctionner le parti au pouvoir et ses alliés dans les urnes. Non content de la situation actuelle du pays, plongé dans une crise économique, Nicolas Nguema, a, indiqué: « nous avons tous fait le constat qu’il y a une envie dans le pays, il y a une énergie de changement, il y a une lucidité chez les gabonais dont je suis  profondément convaincu, je crois que la société d’aujourd’hui n’est pas celle de  20 à 30 ans ; mais il y a une forme de sentiment de mal être  chez les gens qui consiste à dire: on va encore faire comment? et on s’enlise dans une forme de méfiance et de rejet de la cité, parce que au fond, ce mal être est quelque part alimenté par l’irresponsabilité des acteurs politiques

Quant à Eric Moussavou, il est revenu  sur les dernières décisions prises par le gouvernement: «  le train de vie  dispendieux de dirigeants incapables depuis 10 ans de donner de l’espoir à la population » « dans le transfert des propriétés publiques vers les nébuleuses privées, de nouvelles pieuvres. Sortir le pays du gouffre nécessite d’avoir une véritable volonté politique, un vrai sentiment nationaliste. Sortir le pays du gouffre passe par une vraie réduction du train de vie de l’Etat ».

  A noter que l’ambition du PLC est de donner au Gabon, à nouveau, une chance de se renouveler dans tous les sens du terme. Lors de ce meeting inaugural, d’autres acteurs politiques de l’opposition étaient également présents, entre autres, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, Clé Martial Obame et Victorine Tchicot.

PARTAGER