Accueil Politique Nouveau gouvernement : CLR, l’autre grand absent

Nouveau gouvernement : CLR, l’autre grand absent

PARTAGER
Le CLR ne figure plus dans le gouvenement/©DR.

Le Cercle des libéraux réformateurs, parti politique si cher à Jean Boniface Assélé, ne figure pas dans la nouvelle équipe Julien Nkoghe Bekale 2. Sa représentante, qui occupait les fonctions de ministre déléguée auprès du ministre de l’agriculture, Patricia Taye, n’a pas été reconduite. Une posture inconfortable pour cette formation politique alliée de toujours du PDG et du pouvoir en place. 

Est-ce le début d’un divorce entre le Cercle des Libéraux réformateurs et le Parti Démocratique gabonais ? En tout cas, rien n’est plus au beau fixe  entre ces deux formations politiques alliées de toujours. Après la perte de la mairie de Libreville, où le CLR n’a obtenu aucun poste, voilà qu’il vient de perdre sa figuration au gouvernement Julien Nkoghe Bekale 2.

Une situation inconfortable pour cette formation politique qui s’est toujours considérée comme étant un des fidèles du pouvoir. Il faut dire que le fait que le CLR n’avait qu’un poste de ministre délégué, n’arrangeait pas les hautes instances de ce parti, notamment son président. Jean Boniface Assélé, faut-il le rappeler, a toujours pensé que du fait du rapprochement de sa formation politique et de ses liens familiaux avec le chef de l’Etat, le CLR mériterait plus qu’un simple poste de ministre délégué.

Avec ce départ du CLR au gouvernement, que reste-t-il des liens avec PDG ? Ne risque-t-il pas à nouveau d’enregistrer des départs ? D’autant plus que ceux qui ont perdu des fonctions au gouvernement, ont claqué la porte du CLR. Patricia Tayé, la dernière rescapée du CLR au gouvernement et qui vient d’être remerciée, va-t-elle rester fidèle au CLR, ou comme les autres, elle aussi va claquer la porte, en abandonnant le ‘’vieux’’ ?

Pour l’heure, il n’y a pas de réaction au niveau du cabaret des artistes, siège du CLR,  certainement que les choses se peaufinent de ce côté-là.   

PARTAGER