Accueil Politique Minvoul : les ‘’villageaoiseries’’ d’un ministre !

Minvoul : les ‘’villageaoiseries’’ d’un ministre !

PARTAGER
Francis Nkéa lors de sa visite dans le Woleu Ntem/DR.

Francis Nkéa Ndzigue, ministre d’Etat en charge de l’Education nationale, a, lors d’un séjour dans son bled, transformé la fonction de ministre de la République, en ministre du village.

Pure ignorance ou maladresse verbale caractérisée chez cet avocat de formation, docteur en droit? Est-on tenté de s’interroger. Car, il n’y a pas si longtemps, l’homme s’était déjà illustré négativement alors qu’il occupait les fonctions de ministre de la Justice, Garde des Sceaux. Devant les caméras et les micros, il a traité publiquement les magistrats de «corrompus» pendant que ces derniers observaient une grève. Toute réaction qui a provoqué l’ire de ce corps et  n’a fait que durcir le mouvement. Avant de causer le départ de Me Nkéa de ce département ministériel à la demande, bien sûr, des magistrats.

Le weekend dernier, l’homme a remis ça. Cette fois, au village. Pourtant en tenue de ville, il a tenu des propos aux antipodes de la République. Ministre de l’Education nationale, le «plus grand ministère» qu’Ali Bongo lui a confié, il a rassuré les parents du Woleu-Ntem que désormais, leurs fils enseignants seront promus. Certainement, en prélude à la rentrée des classes 2018-2019.

Gêné certainement aux entournures par l’incarcération d’un célèbre fils de Minvoul depuis le 1er septembre 2016, l’homme s’est aussi justifié devant un public de Bolossoville qui voulait certainement en savoir plus sur le cas de leur fils, Bertrand Zibi Abeghe. «Ali Bongo s’est fâché parce que Bertrand a mal parlé. Oui, il faut le reconnaître. Mais lorsqu’il a fait de moi son ministre de la justice, il m’a demandé de faire sortir Bertrand de prison. Des témoins sont là, j’ai tout fait pour faire sortir Bertrand de prison. Mais à cause de la grève des magistrats nous n’avions pas pu obtenir sa libération. Zibi Abeghe va bientôt sortir de prison car j’ai tout fait pour sa libération quand j’étais ministre de la Justice… », a déclaré, en fang, le «ministre le plus important du Woleu-Ntem». Ce sont les autres prisonniers qui n’ont pas de parents ministres de la Justice, qui doivent se mordre les doigts.

Quand, dans son Ndendé natal, un membre du gouvernement s’était enroulé au sol, selon un rite local, et que ces images ont été relayées sur les réseaux sociaux, on a trouvé cette attitude indigne d’un ministre. Il a vite été viré du gouvernement. Quid des déclarations moyenâgeuses d’un ministre qui contrastent avec la république?

PARTAGER