Accueil Politique Ministère des affaires étrangères: Régis Immongault a aussi hérité d’un ministère...

Ministère des affaires étrangères: Régis Immongault a aussi hérité d’un ministère en pleine tempête

PARTAGER
Régis Immongault, nouveau patron de la diplomatie gabonaise, dont le personnel observe une grève à Libreville/DR.

 

Nommé lors du dernier remaniement du gouvernement dans l’équipe Issozé Ngondet III, Régis Immongault, parmi les ministres les plus discrets, hérite d’un ministère en pleine tempête du fait d’une grève qu’observent les agents du ministère des affaires étrangères.

Fleuron de la diplomatie gabonaise, le ministère des affaires étrangères, comme celui de l’éducation nationale, la santé et autre connait aussi tous les problèmes du monde. Il est même présenté depuis un moment par le personnel comme le plus brimé et le moins bien loti. Depuis plus de cinq mois, des banderoles indiquant les points des revendications du personnel sont accrochées sur la palissade du ministère. Une image peu honorable de la diplomatie gabonaise aux yeux des autres représentants diplomatiques accrédités dans le pays.

En effet, depuis plus de cinq mois le personnel de ce ministère observe une grève générale illimitée. Il réclame des meilleures conditions de vie et de travail. Depuis que cette grève a démarré, il n’y a eu aucune initiative du ministre sortant pour mettre fin à celle-ci. Bien au contraire. Noel Nelson Messone n’a pas accordé un seul instant à cette grève.

A part le fait que le ministère pourrait se voir désigné un autre point de chute, on pense à Batterie IV, aucune des autres revendications n’a avancé. De la prime de servitude coupée depuis 2014, aux moyens de transports, rien n’a bougé d’un iota.

Faut-il le rappeler ? Il y a des lustres que le ministère des affaires étrangères est privé de l’air conditionné, du fait d’une climatisation en panne. Il en est de même des ascenseurs qui ne fonctionnent plus. Même l’actuel premier ministre Franck Emmanuel Issoze Ngondet est bien au fait de cette situation pour avoir été lui-même ministre des affaires étrangères durant un peu plus de 3ans. Mais, tout comme Noel Nelson Messone, il avait déjà laissé les choses en l’état.

Moins prolixe et très discret, Régis Immongault est le désormais ministre des affaires étrangères. Pourra-t-il mettre fin à cette grève du personnel des affaires étrangères ? Ou comme ses prédécesseurs, va-t-il laisser les choses en l’état ?

PARTAGER