Accueil Politique Meures d’austérités : Les réflexions de Maganga Moussavou

Meures d’austérités : Les réflexions de Maganga Moussavou

PARTAGER
DR.

Alors que plusieurs voix se lèvent  pour critiquer les mesures prises par le gouvernement et qui visent à réduire le train de vie de l’Etat, voilà que le vice président de la République Pierre Claver Maganga Moussavou, est monté au créneau pour fustiger l’attitude de ceux qui appellent à la révolte.

C’est à l’occasion d’une déclaration de presse que le vice président de la République a réagi aux critiques faites par une large opinion sur les dernières mesures d’austérité prises dernièrement par le gouvernement. Dans cette déclaration, Pierre Claver Maganga Moussavou, ne va pas de mains  mortes pour fustiger l’attitude de certains acteurs tant politiques que du monde syndical qui appellent à la révolte.  Le vice président de la République dit ne pas comprendre ces réactions.

Il estime plutôt que « si  révolte il y a, elle ne doit pas être dirigée contre un seul homme, ni contre une institution, mais elle doit être contre nous mêmes, l’intérieur de chacun de nous ».

Profitant de cette tribune, le numéro deux  gabonais appelle ses compatriotes à prendre des initiatives, à inventer  des solutions, à se résoudre,  à mériter leur salaire, à développer comme des fourmis chaque pan de notre économie »

Le VPR pense que « si nous ne prenons pas garde, lorsque nous aurons épuisé nos richesses  du sol et du sous sol, il  nous sera très difficile  de nous relever »

En répondant à certains qui pensent que se sont plutôt des institutions financières internationales qui ont  contraint les autorités gabonaises à prendre ces mesures, le VPR, indique que ni le FMI encore moins la banque mondiale, n’ont contraint les autorités gabonaises à prendre ces mesures, « seulement, pense t-il, si le Gabon veut recevoir les concours financiers internationaux et recouvrer la confiance des bailleurs de fonds, il est tenu d’appliquer des mesures qui marquent la volonté de sortir de cette passe difficile »

PARTAGER