Accueil Politique Mairie de Libreville : Licenciements abusifs des proches de l’Ajev ?

Mairie de Libreville : Licenciements abusifs des proches de l’Ajev ?

PARTAGER
Siège de la mairie de Libreville/©DR.

La nouvelle tombée bien avant la nouvelle année fait grand bruit dans les couloirs de la mairie de Libreville, où dit-on le patron des lieux, un certain Léandre Nzué a pris la décision de licencier plus de 60 agents en fonction à l’hôtel de ville de Libreville. D’après certaines indiscrétions, nombre d’agents licenciés seraient des proches de l’AJEV et la pression de leur licenciement viendrait d’ailleurs, dit-on à la mairie de Libreville.

L’empire Ajev connait un tournant morose depuis bientôt trois mois. la puissante association des jeunes volontaires émergents est désormais persona non grata. Après l’éviction de plusieurs de ses cadres dans le gouvernement  et dans la haute administration, le tour est revenu dans les administrations de mettre fin aux contrats de membre de cette association, dont les promoteurs séjournent désormais à la maison d’arrêt de Libreville.

C’est le cas semble-t-il à la mairie de Libreville, où depuis le 25 décembre dernier, une liste de 68 noms est affichée sur le tableau d’informations. Il s’agit des licenciements opérés par le maire de la commune de Libreville. selon certains indiscrétions, il s’agit des membres de l’Ajev. dans la liste, y figurent, des conseillers du maire, des chargés d’études, des chefs de services et même des directeurs.

Pour l’instant, aucune raison valable n’est donnée, mais pour l’hebdomadaire, l’Aube, il s’agirait des licenciements provisoires. Pour les concernés, il s’agit purement et simplement d’une chasse aux sorcières réservée aux proches de l’Ajev. En effet, toujours selon certaines indiscrétions, la décision de ces licenciements viendrait d’ailleurs, dit-on du palais présidentiel, qui aurait décidé d’en découdre avec l’Ajev.

Quoiqu’il en soit, l’opinion attend des précisions de la part de l’autorité municipale sur cette  décision des licenciements abusifs.

PARTAGER