Accueil Politique Mairie de Libreville : Léandre Zué ‘’ je ne m’occupe pas du passé’’

Mairie de Libreville : Léandre Zué ‘’ je ne m’occupe pas du passé’’

PARTAGER
Léandre Zué n'assume pas le passif de ses prédécesseurs©pyramidmédiagabon

Lors de sa première sortie  le 30 octobre dernier, dans le cadre d’une conférence de presse, Léandre Zué a surpris l’opinion  par ses réponses, parfois directes, et qui ont laissé certains perplexe. C’est le cas par exemple, du site de l’ancien jardin de la Peyrie. Prévu pour abriter le plus grand marché de Libreville, cet endroit est resté abandonné à lui-même et la réponse de Léandre Zué n’a pas été  rassurante quant à l’avenir de ce site. 

Assumer le passif et l’actif, ne semble pas être dans le langage de Léandre Zué, le maire de la commune de Libreville. A la tête de la municipalité de Libreville depuis sept mois déjà, si l’équipe qu’il dirige entend réaliser ses missions, il reste que celles des précédentes mandatures, dont  les missions sont restées inachevées, cas des mandats de Jean François Ntoutoume Emane et Rose Christian Ossouka ne seront jamais achevées, en tout cas, pas durant le mandat de Léandre Zué.

C’est le cas par exemple, du site qui abritait les Jardins de la Peyrie. Cet endroit, qui a pourtant servi de lieu de détente à plusieurs générations a été détruit, pour laisser place à la construction d’un édifice à caractère commercial. Il s’agit de la construction d’un  grand marché de Libreville. La première pierre avait été posée, il plus 5ans, par Jean François Ntoutoume Emane, alors maire de Libreville. Seulement voilà, l’espace  est resté abandonné à lui-même, puisque les travaux n’ont jusqu’à ce jour pas eu lieu. Même Ossouca Raponda, durant son mandat n’y a pas fait cas.

 Pourtant, quatrième maire adjoint, en charge des marchés, sous le mandat de Jean François Ntoutoume, Léandre Zué connait parfaitement bien ce projet. Mais quand un journaliste, lui pose la question de savoir, ce qui en est aujourd’hui de cet espace ? La réponse de Léandre Zué a été surprenante. « Ecoutez, moi, je ne m’occupe pas du passé, mais du présent ». Une réponse qui a fait boom-boom dans  l’assistance, surtout la presse.

Une inquiétude, quand on sait que   plusieurs projets et autres dossiers sont restés inachevés durant les précédentes mandatures. A l’exemple, de la salle de la culture, construit dans l’enceinte même de la mairie de Libreville et dont les travaux ne sont pas allés à leurs termes. Il y a également le projet de la construction de la mairie du deuxième arrondissement de Libreville, qui, jusqu’à ce jour demeure éternel locataire. Et que dire de la dette, au niveau de la CNSS, qui s’élève à plusieurs millions aujourd’hui. Même le bâtiment abritant les services de la mairie de Libreville, n’est pas reste. Ce bâtiment connait une décrépitude, en dépit du fait sous l’ère Ossouka, certains services ont été modernisés.

Voilà autant de projets qui sont restés inachevés, mais dont la logique de la continuité de l’administration voudrait qu’on s’en occupe. Mais Léandre ne l’entend de cette oreille.

PARTAGER