Mairie de Libreville/ Conseil municipal : sale quart d’heure pour Ossouka Raponda

Mairie de Libreville/ Conseil municipal : sale quart d’heure pour Ossouka Raponda

2300
0
PARTAGER
Ossouka et ses adjoints en disgrâce/ DR.

C’est un conseil municipal pas comme les autres qui s’est tenu la semaine dernière à l’hôtel de ville de Libreville. L’actuel premier adjoint au maire, Jean Boniface Asslé, avait décidé d’en découvre avec la maire.

Pourtant,  on aurait pu éviter cette scène honteuse offerte par deux alliés, le PDG, représenté par Rose Christiane Ossouka Raponda et le CLR, avec comme représentant, Jean Boniface Asselé. Mais il semble que la maire n’a pas vu venir le coup. Car Jean Boniface Assélé  avait promis, le ‘’remous ménage’’ à l’hôtel de ville de Libreville.

Il avait  mis son plan en exécution, une fois tous les conseillers municipaux de la commune de Libreville installés. C’est ainsi qu’on apprend que l’oncle d’Ali Bongo avait décidé de ne pas respecter l’ordre du jour, qui avait pour principal point : le vote du budget primitif exercice 2017. Occasion pour le premier adjoint au maire de vider son sac. Sans passer par quatre chemins, il a  traité Rose Christian Ossouka de tous les noms d’oiseaux. Des  détournements de finances municipales, en passant par la mauvaise gestion des engins destinés à la voirie, du mauvais traitement des personnels retraités, d’insolences vis-à-vis des conseilleurs municipaux. En un mot, plusieurs épithètes ont été attribués à madame la maire de Libreville. Pour ne pas assister à une telle scène de ménage entre alliés, les conseillers ont dû s’imposer une pose à l’extérieur de la salle,  le temps de calmer les ardeurs.

Pour  Jean Boniface Assélé, il était question du vote d’une motion de confiance de l’actuelle présidente du conseil municipal. En fait, il faut dire que le fondateur du CLR digère mal le fait qu’il soit pris pour un faire-valoir à la mairie de Libreville. Il estime qu’il s’est fait enfariner par son allié de toujours le PDG.

Même si, tout était revenu au calme, il y a que Jean Boniface Assélé a refusé le budget primitif exercice 2017, de même qu’il s’est opposé à une délibération qui lui octroie personnellement trois véhicules de luxe, lui et les maires adjoints CLR.

Allez y comprendre.

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE