Accueil Politique Mairie de Kango :Le bureau du conseil ménage sa monture

Mairie de Kango :Le bureau du conseil ménage sa monture

PARTAGER
©/DR

En huit (8) mois seulement d’exercice, le bureau du Conseil municipal de la ville de Kango fait preuve de volonté, pour apporter des solutions aux problèmes de cette commune.

 Les nouvelles en provenance de la commune de Kango réconfortent les populations du cru. Le travail abattu par l’actuelle équipe municipale est très salué par les militants du Rassemblement pour le Gabon (RPG), et par le reste des populations de cette localité des bords du Komo. En huit mois seulement d’exercice, le bureau de ce conseil local aurait réalisé plus que l’ancienne équipe, en cinq (5) longues années.

Des sources concordantes, depuis leur prise de fonctions, à la tête de  la mairie de la ville éponyme, le bureau du Conseil municipal a mis les bouchées doubles pour montrer l’exemple, en termes de bonne gouvernance et de saine gestion des recettes de l’institution. Des dispositions qui devraient permettre à cette équipe de consolider la subvention annuelle de l’institution municipale, tant pour l’exercice 2020 que pour celles des années futures. « Toute chose devant du reste militer pour le règlement, sans trop de difficultés, des préoccupations de la ville qui passent par l’entretien des voiries, la réalisation des infrastructures à caractère social, ou la création d’emplois à long terme ».

Les mêmes sources indiquent que dans l’attente de la subvention le nouveau bureau aurait contracté, auprès de certaines banques, des petits crédits individuels dont la mutualisation devrait permettre à l’institution de démarrer un certain nombre de travaux, avant la mise à disposition de la subvention de l’Etat. La transparence est totale. Aucune recette n’est distraite, le Trésor de la localité se charge de la perception des fonds qui vont être rétrocédés à la mairie par les mécanismes budgétaires en vigueur. Ce, pour rendre plus efficiente l’action de cette municipalité.

Cette équipe dirigée par Martine Oyane aurait réalisé, en huit mois seulement d’exercice, le double des recettes qui auraient nécessité à l’équipe sortante deux longues années. Des performances budgétaires rendues possibles par le même nombre d’opérateurs économiques, le même nombre des membres du bureau du Conseil, et pour la même densité démographique.

La volonté politique a-t-elle suffi pour inverser la tendance managériale à la mairie de Kango ? Tout porte à le croire.

SDP

PARTAGER