Accueil Politique Les dettes du PDG : qui va assumer ?

Les dettes du PDG : qui va assumer ?

PARTAGER
Le PDG va t-il vaincre ses dettes/©DR.

La question mérite d’être posée, dans la mesure où, depuis l’arrivée d’Eric Dodo Bounguendza, au secrétaire Général du parti au pouvoir, ce dernier n’a jamais  montré  la volonté de soutenir les camarades  aux comportements peu orthodoxe. Depuis que l’affaire des arriérés des cotisations à la CNSS brûle sur toutes  les lèvres à Louis, le climat est devenu délétère au siège du parti.

Depuis les années 80 et 90, à la grande époque du parti unique, le Parti Démocratique Gabonais (PDG) était un parti-Etat.  Les employés du Secrétariat Général avaient le même traitement que ceux employés dans les sociétés ou entreprises publiques et parapubliques. Du coup, ces derniers étaient assujettis  aux Cotisations de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS).  Pendant tout le règne du père fondateur, Omar Bongo, ces cotisations, malgré quelques retards, ont souvent été reversées à la CNSS. Omar Bongo, n’étant plus de ce monde, les différents secrétaires généraux qui se sont succédé à la tête de ce parti semblent  n’avoir pas pu trouver une solution pour permettre aux pères et mères de familles qui travaillent au siège de ce parti  de bénéficier d’une retraite. Une retraite qui passe nécessairement par le versement des cotisations à la CNSS. C’est pourquoi, les employés, soucieux de connaitre leur situation vis-à-vis de la CNSS, ont entrepris des démarches pour s’enquérir de celles-ci auprès de cette institution, comme l’autorise les textes  de la CNSS.

Malheureusement, il semble que depuis le départ de Jacques Adiahénot, les cotisations du personnel prélevées, pourtant à la source, ne sont plus reversées à échéance à la CNSS. Le nouveau Secrétaire Général était, semble-t-il, dans tous ses états, lorsqu’il a été informé que le PDG devait plus de 2 milliards d’arriérés de cotisation. A en croire les responsables du parti au pouvoir, il sera difficile, pour le parti, de pouvoir régler cette facture. Surtout que, affirment-ils, le parti vient de débourser des sommes énormes lors des élections couplées des législatives et locales 2018. Des élections à deux tours qui ont sérieusement plombé les caisses du parti.

Du coup,  le personnel commence à émettre des inquiétudes, sur la volonté du SG à régler ou à trouver des solutions pour tenter de régler cette dette. Des arriérés qui ressemblent à des détournements. Dans la mesure où, à en croire le personnel de Louis, leurs cotisations seraient prélevées directement à la source.

 Ainsi, sachant qu’un comptable ne peut effectuer des prélèvements sans l’ordonnateur de crédit qui n’est autre que le secrétaire général du parti, l’on est donc tenté de se demander si Eric Dodo Bounguendza va convoquer les anciens comptables et SG, afin que la lumière soit faite sur ces milliards envolés.  Dans le cas contraire,  le SG va simplement couvrir ses camardes et assumer cette dette auprès de la Cnss.

 

PARTAGER