Accueil Politique Législatives et locales : Jean Eyeghe Ndong n’ira pas au vote des...

Législatives et locales : Jean Eyeghe Ndong n’ira pas au vote des ‘’maboules ‘’

PARTAGER
Jean Eyeghe Ndong lors de sa déclaration/(c)gabonreview.

C’est au cours d’une déclaration à son quartier général de Sotéga, dans le deuxième arrondissement de Libreville, que Jean Eyeghe Ndong a dit qu’il ne prendra pas part aux élections législatives et locales. 

Il faut dire que dès l’annonce du jumelage des élections locales et législatives, tous les yeux étaient rivés vers l’ancien premier ministre et actuel sénateur du premier  siège du deuxième arrondissement de Libreville.  Normal, il est l’un des partisans du boycott des élections législatives et il caresse depuis bien longtemps le rêve d’accéder à la présidence du conseil municipal de Libreville. Du coup, beaucoup voulaient savoir si comme les législatives, il compte également boycotter les locales.

Et bien, Jean Eyeghe Ndong a mis fin à ce suspense. Le fils de Nkembo a dit ne pas prendre part à ces élections, « ma position est claire, comme pour les législatives, je ne saurais rendre part aux élections locales annoncées pour le 6 octobre prochain »

Cette position de Jean Eyeghe Ndong milite sur le fait que l’actuel sénateur du deuxième arrondissement estime que les lois et les institutions ne sont pas respectées  et que le Gabon ne connaîtrait pas une situation de crise politique, institutionnelle et morale actuelle: « très peu de gabonais accordent du crédit aux textes qui sont censés servir d’instruments de gestion politique et juridique du pays, si ces lois et ces institutions étaient respectées, nous n’aurions pas connu le profond traumatisme jamais égalé dans notre pays, traumatisme  provoqué par le non respect de la vérité du scrutin bdu 27 août 2016 ».

Au cours d’une de ses sorties à Libreville, Jean Eyeghe Ndong avait  décrit ce vote, comme le vote des  ‘’maboules’’, c’est pourquoi n’étant pas certainement ‘’maboule’’, il ne prendra part part à ces scrutins, car faisant partie des gabonais, « par éthique républicaine, par respect de la morale publique et de la dignité humaine, qui ne peut accepter de fermer les yeux sur des actes illégaux et criminels perpétrés par les autorités en place, en violation de la constitution et de la loi électorale ».

 La messe est dite.     

PARTAGER