Accueil Politique Législatives : Jean Eyeghe Ndong, « Je ne serai jamais l’homme...

Législatives : Jean Eyeghe Ndong, « Je ne serai jamais l’homme par qui va commencer la déstabilisation de notre coalition »

PARTAGER
Jean Eyeghe Ndong lors de déclaration/gabonreview.

Samedi dernier, au QG du candidat et leader de la Coalition pour la Nouvelle République, Jean Eyghe Ndong, un des responsables de cette coalition, a partagé avec ses compatriotes sa réflexion sur la question de la non participation aux élections législatives.

Après les 9 partis ayant décidé de ne pas prendre part aux élections législatives, le tour est revenu à Jean Eyeghe Ndong, de partager cette réflexion, la sienne, en ce qui concerne cette question des élections législatives à venir. Est-il encore besoin de rappeler que cette question est à l’origine des incompréhensions qui règnent au sein de la Coalition pour la Nouvelle République des divisions, où certains ont déjà décidé d prendre part aux prochaines élections Législatives.

Une occasion pour Jean Eyeghe Ndong, de préciser, « Je tiens à dire ici d’ores et déjà à l’attention de tous les gabonais que ma réflexion ne vise pas à jeter l’opprobre sur qui que ce soit, ni à jeter un quelconque compatriote à la vindicte populaire. Je ne serai jamais l’homme par qui va commencer la déstabilisation de notre coalition ».

En effet, certains membres de la CNR estiment que ne pas prendre part à ces législatives, serait une manière de laisser au PDG, un boulevard. Et y prendre part serait, pour d’autres, une occasion d’offrir à la Coalition une tribune institutionnelle d’expression de la légitimé. Pour le Jean Eyeghe Ndong, « l’occasion serait interprétée comme un recul, un renoncement, une manière de tourner le dos à l’idéal commun et de renforcer le maintien d’Ali Bongo à la tête de l’Etat ».

Pour l’ancien premier ministre, il y a deux contentieux, le scrutin de 2016 et les massacres perpétrés. « Deux lourds contentieux découlent de ces deux graves forfaits dont notre pays a été victime et qui ont endeuillé jusqu’à présent notre nation.» Et de poser la question de savoir : «quelle attitude adoptons nous face à de telles atrocités en tant que citoyens attachés aux valeurs de la République ; valeurs de patriotisme et d’honneur, valeur de justice, valeur de démocratie et des droits humains et valeur d’amour ? « J’ai décidé de manière déterminée à combattre le système politique actuel jusqu’au bout».

Et d’interpeler ses pairs de l’opposition ; « je demande à l’élite politique, notamment celle de l’opposition, si le débat actuel, sur les législatives , puisque c’est le sujet d’actualité, mérite qu’il soit consacré autant de temps, d’énergie et même de passion au regard de la lourde problématique née du coup d’état électoral, de l’imposture subséquente et des crimes perpétrés le 31 août 2016 ? Ou si ce débat mérite de diviser la coalition comme cela semble se dessiner »? Et de conclure, « nous serons jugés par nos enfants à l’aune des actes que nous posons aujourd’hui ».

PARTAGER