Accueil Politique Législatives 2018: Les camarades en rangs dispersés dans l’Estuaire

Législatives 2018: Les camarades en rangs dispersés dans l’Estuaire

PARTAGER
DR.

La bataille pour la conquête des différents sièges de la province de l’Estuaire s’annonce, d’ores et déjà, très  tendue entre camarades du Parti Démocratique Gabonais (PDG) dans la province. Les nouveaux patrons politiques et les anciens hiérarques du parti semblent ne pas accorder leurs violons sur les potentiels candidats et les suppléants aux élections législatives. 

La consolidation des acquis du Parti Démocratique Gabonais, pourrait être ébranlée et connaitre quelques tensions, lors de la désignation des candidats et de leurs suppléants pour la conquête des sièges de l’Assemblée Nationale. Dans la commune de Libreville,  les nouveaux membres du bureau politique,  prennent déjà leurs marques en indiquant clairement aux anciens hiérarques de leur  siège que,  «  leur temps est fini et que l’heure de la retraite  politique  vient de sonner ».  Des propos qui divisent les camarades  depuis quelques mois. Dans le deuxième arrondissement, par exemple,  Aurélien Ntoutoume,  qui  a toujours juré au nom du royaume de Bikélé,  serait très contesté par sa base qui estime que ce dernier ne ferait pas la politique de leur siège et qu’il passerait plus de temps  à faire des pieds et des mains pour le compte  du royaume de Bikélé.  Les mêmes griefs sont également adressés à Eloi Nzondo, nouveau membre du bureau politique et ancien cadre, du Centre des Libéraux Réformateurs (CLR). Les militants du Parti Démocratique Gabonais du le troisième arrondissement refusent d’être sous son autorité. Car, en croire les militants pédégistes, Eloi Nzondo, leur a été imposé par BOA, et, depuis sa nomination au secrétariat général du parti, il serait plus proche du palais de Libreville que de la base.  Dans le cinquième arrondissement, la tension est montée d’un cran, depuis la démission de Jean François Ntoutoume Emane. Les nouveaux cadres du parti, qui n’ont jamais apprécié la mainmise de Jacky Mille-diplômes sur toutes les nominations ont décidé de mettre de côté toutes les personnes qui ont un lien où qui ont collaboré avec Ntoutoume Emane, devenu opposant  au régime d’Ali Bongo, depuis 2016.

Dans la commune de Ntoum et dans le département de la Noya, c’est le nouveau membre du comité permanent, patron politique de l’Estuaire, Julien Nkoghe Bekale  qui semble avoir décidé d’en découdre avec   les proches collaborateurs de son mentor, Paul  Biyoghe Mba.  Et depuis sa nomination au gouvernement, la division règne entre les militants de la commune de Ntoum. « Il faut désormais choisir votre camp, soit vous êtes avec nous, soit vous êtes avec le vieux ». Idem, dans le département de la Noya, où  Fidel Angoué Mba,  doit faire face à l’arrivée de Michel Menga, aux affaires et aux proches de julien Nkoghe Bekale.

Dans le département du Komo Kango, l’heure est aux intrigues, et aux querelles claniques entre camardes. Les militants plébiscités lors du derniers congrès et nommés aux instances du parti, sont pour certains contestés par des cadres qui estiment qu’ils sont soit trop jeunes pour gérer le canton soit trop vieux pour régénérer et revitaliser le parti à Kango.  C’est, en tous cas,  ce qui est reproché au jeune, Alain Valérie Bourobu, nouveau membre du bureau politique dans le deuxième canton.  Très en vue,  ces dernières années dans le département du Komo  Kango,  Alain Valérie Bourobu,  risque d’être  le candidat à suivre de très près dans  ce département.   A en croire les jeunes de ce département,  il  serait la personne à même de pouvoir  ramener Kango sur la scène politique, après la retraite  politique de Paulin Obame Nguema.

En effet, le département du Komo Kango est en quête de leader ces dernières années, les personnes  qui sont censées rassembler et promouvoir les cadres du parti se sont plus contentées de faire des petites magouilles et copinages entre  frères qui, au fil des années, ont fini par  susciter la colère des militants de base. Le constat est identique dans le Komo-Océan et  dans la commune  d’Akanda  où l’actuel ministre de l’Economie, Jean Marie Ogandaga, doit faire face  aux anciens collaborateurs de Paul Biyoghe Mba  qui, il y a quelques années encore,  était patron politique de cet arrondissement devenu. Une chose est donc sûre, le Parti Démocratique Gabonais, dans la province de l’Estuaire pourrait se trouver ébranlé  lors des élections législatives.

 

PARTAGER