Le ‘’Répond point’’ de la Démocratie à feu et à sang: Et...

Le ‘’Répond point’’ de la Démocratie à feu et à sang: Et on dirait que cela ne fait que commencer

86
0
PARTAGER

Fallait-il en arriver là. Depuis des mois, des voix s’élèvent, même celles des personnalités considérées comme des sages de la République. Toutes ces voix appellent Ali Bongo à ouvrir un dialogue inclusif et sans tabou entre toutes les forces vives du pays, rien n’y est fait. Poussé par les thuriféraires va-t-en guerre et ‘’ Sécurocrates’’ de son régime, il ne mise que sur la force du muscle et des armes pour s’enraciner comme son défunt ‘’père’’ au pouvoir.

A beau lui dire qu’une crise couve dans le pays, et que cette dernière risque de s’aggraver si aucune initiative n’est prise pour apaiser un climat politico-social de plus en plus délétère, il continue à fuir l’évidence et parle de paix, tout en faisant pleuvoir des bombes lacrymogènes sur des Gabonais qui n’en peuvent plus de vivre des injustices et des forfaitures. Injustices et forfaitures liées non seulement à la manière dont il s’est emparé des rênes du pouvoir en 2009, tout en sachant qu’il avait été battu dans les urnes ; au verrouillement du processus démocratique qui s’en est suivi et qui bloque la voie pouvant mener à l’alternance ; mais aussi au contentieux relatif à sa situation d’état civil. Tous ces ingrédients réunis constituent un cocktail à même d’exploser à tout moment. Certains signes commencent déjà à se manifester.

Les évènements du samedi 10 juillet 2016 dernier, au lieu dit ‘’Rond point  de la Démocratie’’ en sont un. C’était après le dépôt de candidature de l’actuel occupant du Palais de marbre du bord de mer de Libreville. Ses partisans y avaient prévu un meeting, une sorte de démonstration de force pour narguer ceux des Gabonais qui contestent ladite candidature. Et le maître de cérémonie ne pouvait être qu’un certain Alain Claude Billie Bi Nze, le griot flagorneur de service. A peine ce dernier avait-il annoncé les noms des intervenants dont Maixant Accrombessi que la foule s’enflamma : « Non, non, pas lui ». Et cette contestation venait curieusement de jeunes arborant des tee-shirts ‘’UJPDG’’.

En réalité, dans la perspective de ce dépôt de dossier de candidature, Hervé Opiangah, autre linier de service avait promis de mobiliser 20.000 jeunes moyennant des espèces sonnantes et trébuchantes. Et des milliers de jeunes ont accouru vers cette offre on ne peut plus alléchante, non sans monter les enchères. Au lieu des 20.000 francs promis, ils ont exigé que leur soit remise d’avance, la somme de 50.000 francs CFA. Bien malheureusement, ce qu’Hervé Opiangah n’a pas su détecter d’avance, c’est que même arborant des tee-shirts ‘’UJPDG’’, la majorité de ces jeunes étaient issue des rangs de l’opposition, cependant que d’autres se sont retrouvés là sans savoir pourquoi ils y étaient.

Le scénario consistait donc à faire intervenir les principales figures de proue du régime, et très curieusement, Faustin Boukoubi, le Secrétaire général du Parti démocratique gabonais, faisait profil bas, la manifestation lui ayant visiblement échappée, pilotée qu’elle était par la nouvelle aristocratie émergente. Il ne fallait surtout pas prononcer le nom de Maixant Accrombessi. Même les Pdgistes bons teints en ont été  irrités, et dans la foule, les sifflements et les hués fusaient de partout. Sentant la moutarde monter, les organisateurs ont été obligés d’écourter les temps de parole. Ce qui n’a pas d’ailleurs permit de faire baisser la tension. Le dernier intervenant, Ali Bongo Ondimba, himself est celui qui est venu encore la faire monter en exhibant son récépissé de dépôt de dossier de candidature. Et ce fut la goutte d’eau qui a débordé le vase. Par fournées, de milliers de jeunes sortis de nulle part, ont envahi les lieux et il s’en est suivi une panique générale, sous une pluie de bombes lacrymogènes, de cocktails Molotov, le tout s’accompagnant de véhicules caillasses et brûlés. Débordés et dépassés par les évènements, les policiers se sont alors adonnés à la chasse à l’homme, leur sport favori. Certains d’entre eux s’en sont sortis avec de graves blessures.

Et tout a donné l’impression que cela ne fait que commencer.

Kare Back

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE