Le nouveau gouvernement La théorie de « tout doit changé...

Le nouveau gouvernement La théorie de « tout doit changé pour que rien ne change »

154
0
PARTAGER
Le chef de l'Etat, Ali Bongo Ondimba.

La composition du nouveau gouvernement montre clairement que le président illégitime, Ali Bongo n’a aucunement la volonté de changer, à 180 degrés sa méthode de gouvernance, encore moins sa propension à être déconnecté du peuple gabonais.

Ce prétendu gouvernement d’ouverture ne l’est que de nom, dès lors que Monsieur Jean Ping n’a pas donné suite au pseudo dialogue proposé par Ali Bongo. Comment pouvait-on espérer un gouvernement véritablement constitué de personnalités incarnant l’opposition radicale ?

Faut-il aussi facilement oublier les Gabonais qui sont morts pour la liberté démocratique ?

On peut retenir de ce gouvernement de l’illégitime président Ali Bongo, c’est deux choses. Primo, les faucons qui ont été à l’œuvre de ce coup d’Etat militaro-électoral, occupent des postes stratégiques. C’est le cas de Pacôme Moubelet qui devient ministre des affaires étrangères et d’Etienne Massard Kabinda qui cumule le Secrétariat général de la présidence et le portefeuille ministériel de la défense nationale. Alain Claude Billié Bi Nzé n’est pas en reste. Il est monté Ministre d’Etat, conserve la Communication en récupérant l’Economie Numérique et reste le Porte-parole du gouvernement. La logique reste la même dans l’esprit d’Ali Bongo : tenir les leviers de l’Etat, envers et contre tout.

La deuxième observation que l’on peut faire c’est que ce gouvernement a des pseudos opposants. En effet, Bruno Ben Moubamba et Joël Opape ne le sont que de noms. Le PDS a activement soutenu Ali Bongo lors de l’élection présidentielle et le candidat Ben Moubamba n’était qu’une marionnette financée par le Bord de mer, comme bien d’autres candidats à 0% de suffrages. .

On voit donc qu’il n y a là « rien de nouveau sous le soleil »

L’immobilisme de ce régime ne se renforce que par un simulacre d’ouverture. Cela ressemble fort à un gouvernement de bric et de broc. En quoi le peuple gabonais peut-il se reconnaître dans ce gouvernement quand une personne comme Bruno Ben Moubamba n’a récolté que 0,59 % ou quand Maganga Moussavou ayant eu 0, 23 % est représenté par son fils ministre. Le PSD étant une affaire de famille… où seuls les Maganga Moussavou peuvent être maire, député et ministre.

Une diversion pure et simple. La vérité étant qu’un homme a une énième fois pris le pouvoir par la force et la fourberie. Il n’est donc pas légitime  et son gouvernement ne repose sur aucune légitimité car les Gabonais, dans leur majorité, ont voté le 27 aout 2016  pour Jean Ping. une vérité que les arguties et autres manigances ne pourront jamais changer.

Serge Bibang

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE