L’archevêque de Bangui chez Laure Olga Gondjout

L’archevêque de Bangui chez Laure Olga Gondjout

211
0
PARTAGER
Le cardinale lors de la visite le médiateur de la République/DR.

En visite à Libreville, le cardinal  Dieudonné Nzapalainga, Archevêque de Bangui (République centrafricaine) a été l’hôte du Médiateur de la République gabonaise, Laure Olga Gondjout. La Paix en RCA, la culture de l’amour du prochain et le rôle que joue le Médiateur du Gabon, ont constitué la trame de cette rencontre.

  « Le peuple centrafricain est un peuple qui aspire à la paix. Nous avons eu des moments les plus difficiles ensemble, pour ne pas dire chaotiques, dans notre pays. Et l’église avec les artisans de Paix, ceux épris de justice, nous nous mettons ensemble pour conjurer le sort. Nous invitons les uns et les autres à arrondir les angles, à regarder à la même direction, à faire des sacrifices dans les négociations, pour favoriser le dialogue ». C’est ainsi que le cardinal Dieudonné Nzapalainga, s’est adressé à l’occasion d’un bref entretien avec la presse. L’homme de Dieu est revenu sur la situation de crise qu’a connue son pays la Centrafrique. Il estime, pour se faire que l’église a un rôle à jouer pour apaiser les tensions.   «Nous y allons avec les armes de la parole. Nous n’avons autres armes que la parole. Quand on parle de la Parole, on parle du cœur. Nous prions pour que Dieu touche les cœurs afin qu’ils se désarment, pour qu’il y ait un déclic dans leur esprit, afin qu’ils acceptent l’autre pour travailler ensemble dans l’optique que la Paix revienne. Accepter l’autre, c’est accepter le retour de la Paix. Quand la Paix revient, l’éducation suit, la santé et bien d’autres aussi qui concourent au développement. Car sans la Paix, nous ne pouvons rien faire», a ajouté  l’homme de Dieu.

 De plus, le cardinal Dieudonné Nzapalainga, est revenu sur sa visite chez le médiateur de la République Laure Olga Gondjout. Cette visite de l’homme de Dieu centrafricain avait pour objectif: d’encourager la patronne de la médiature gabonaise, dont le rôle est délicat et ingrat: « Je viens la rencontrer, car c’est un service à la fois délicat et ingrat. Délicat parce qu’étant Médiatrice, elle devra travailler afin que les groupes aillent dans la même direction. Parfois, on est pas bien compris. On pense qu’on prend une partie, alors que ce qu’on recherche, c’est la démarche du consensus pour sauver la nation, l’unité toute entière. Voilà pourquoi je viens l’encourager, l’inviter à continuer. C’est un travail de longue haleine qui demande beaucoup de patience. Sans la médiation, nous pouvons avoir les gens dos à dos. Et quand les gens sont dos à dos, c’est souvent la guerre, les conflits. Il y a souvent des retournements de situations. Et nous pensons qu’elle a un grand rôle à jouer dans ce pays pour inviter les uns et les autres à regarder l’intérêt national, pour ne pas dire, la recherche de l’unité », a-t-il expliqué.

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE