Accueil Politique Gouvernement : Nkoghe Bekale à l’épreuve !

Gouvernement : Nkoghe Bekale à l’épreuve !

PARTAGER
Julien Nkoghe Bekale, Premier ministre, Chef du gouvernement/©DR

Même sans avoir remis sa démission à qui de droit, pour ensuite être reconduit, la récente prestation de serment du Premier ministre, Chef du gouvernement, laisse apparaître qu’un gouvernement Nkoghe Bekale 2 est effectif depuis le 2 décembre.

Il est de notoriété publique qu’un nouveau gouvernement est mis en place, après la démission du précédent. Mais celui intervenu le 2 décembre dernier et dirigé toujours par Julien Nkoghe Bekale, fait exception à la règle. Et pour cause, reçu dans la matinée du 2 décembre par le Chef de l’Etat, Ali Bongo, le Chef du gouvernement, a formé un gouvernement qui a vu les départs de ceux qui paraissaient comme les incontournables au gouvernement précédent. Entre autres : Brice Laccruche Alihanga, Roger Owono Mba, Noël Mboumba et Tony Norbert Ondo Mba.

Le 4 Décembre, pour confirmer que l’actuel gouvernement est bel et bien celui de Julien Nkoghe Bekale 2, tous les membres du gouvernement y compris le Premier ministre, ont prêté serment. Dans cette valse de plusieurs ministres issus de l’Ajev (association des jeunes émergents volontaires), nombre d’observateurs qui soutenaient que l’actuel Premier ministre est un éminent membre de l’Ajev en ont eu pour leur grade, dans un contexte où la chasse aux Ajéviens est ouverte. C’est dire si, Ali Bongo, a bel et bien confirmé que son Premier ministre n’a été promu que par lui-même et personne d’autre. Certainement en qualité d’élu et membre éminent du parti au pouvoir.

Reste que la prochaine étape, celle très attendue de la présentation de la politique générale à l’Assemblée nationale, va être un exercice difficile pour celui qui a remanié plusieurs fois son gouvernement et qui a eu la malchance que les grands scandales économiques et financiers ont éclaté sous sa gouvernance : l’affaire Kevazingo ou le ‘’Kevazingogate’’ et les détournements de deniers publics, suivis des arrestations de plusieurs hauts cadres du pays.

De plus, la route, véritable talon d’Achille des pouvoirs publics, est en piteux état, coupée à certains endroits de la Nationale 1. Dans ce contexte, il va falloir que Julien use d’un génie, hors pair, pour bien éviter l’obstacle parlementaire. Même si son parti, le PDG, est très majoritaire au Parlement.

PARTAGER