Gouvernement Issozé Ngondet: BlaiseLouembet a-t-il voulu démissionner ?

Gouvernement Issozé Ngondet: BlaiseLouembet a-t-il voulu démissionner ?

2413
0
PARTAGER
Blaise Louembet/DR.

Nommé ministre de l’Egalité des Chances en octobre 2016 au moment où il s’apprêtait, en tant que ministre de la Jeunesse et des Sports, à organiser la Coupe d’Afrique des Nations de Football (CAN-2017), le propriétaire de Kanal 7 et d’IrisCom aurait annoncé à ses parents et à sa famille son intention de démissionner. Il faut dire que l’Inspecteur Général des Finances qui commençait à effectuer des réformes de fond au sein du ministère des Sports était convaincu qu’il y resterait au moins jusqu’à la fin de la CAN-2017. Était-ce dû à une certaine lassitude ou à un agacement lié au changement de ministère ? 

L’histoire remonte, il est vrai, à octobre 2016, quelques jours après la formation du Gouvernement actuel mené par Emmanuel IssozéNgondet. Blaise Louembet qui dirigeait le ministère de la Jeunesse et des Sports depuis octobre 2014 venait alors d’être muté au…ministère de l’Egalité des Chances, un département ministériel où aucun observateur de la vie politique gabonaise ne pouvait pronostiquer l’arrivée du doyen du Gouvernement. Blaise Louembet fait en effet partie du Gouvernement depuis octobre 2008 sans discontinuer. Soit depuis huit ans et huit mois ! De ce fait, il est le ministre le plus ancien de l’équipe gouvernementale ; Paul Biyoghé Mba étant sorti en février 2012 pour ne revenir qu’en septembre 2015.

Le jour où Blaise Louembet aurait failli démissionner :  »ne pars pas, attends qu’on te vire »

A l’énoncé du Gouvernement du nouveau Premier ministre Emmanuel IssozéNgondet le 2 octobre 2016, le doyen du Gouvernement quitte le ministre de la Jeunesse et des Sports et est muté au ministère de l’Egalité des Chances. Etait-il agacé par ce changement  -il avait déjà été au ministère de l’Economie et des Finances sous Omar Bongo, puis, depuis Ali Bongo, au ministère de l’Habitat, à celui de la Communication, et au ministère des Sports- il aurait en tout cas décidé de démissionner, et de ne donc pas faire partie de l’équipe Issozé Ngondet. Il aurait appelé quelques-uns de ses parents, dont son oncle, ancien ministre, aujourd’hui parlementaire, ainsi que des membres de sa cellule familiale. Ceux-ci lui ont conseillé de rester au Gouvernement. L’un des parents consultés lui aurait même dit :  »ne pars pas, attends qu’on te vire ».

D’autres proches affirment plutôt que ce n’est pas le changement de ministère qui l’aurait dérangé, mais il était plutôt  »lessivé ».  »Après huit ans au Gouvernement, il était marqué par une certaine lassitude, une sorte de fatigue morale et psychologique », souligne un membre de la famille qui a préféré garder l’anonymat. Blaise Louembet décida donc de  »rester au service du Gabon ». Depuis lors, il s’est mis à la tâche, approfondissant le travail entamé par son prédécesseur, Patricia Tayé Zodi. Il s’est ainsi attelé à mettre en place les textes portant organisation et fonctionnement du ministère de l’Egalité des Chances. Ce département ministériel dispose aujourd’hui d’un Observatoire de la Parité, organe destiné à être une cellule d’aide à la décision. Trois directions générales ont également été créées au sein de ce département transversal par excellence, parce que s’occupant de certaines questions liées au logement social, à la santé, à la protection de l’enfance et à la promotion des nominations hommes-femmes au sein des administrations.

Acharnement au travail et culture de l’obligation des résultats

Comme partout où est passé ce ministre finalement discret, le ministère de l’Egalité des Chances est en train de devenir un ministère  »visible ». Au ministère de la Communication, par exemple, il avait renforcé le secteur de la cinématographie, avec la relance de la production de l’Institut gabonais de l’Image et du Son (IGIS) et la mise en exergue de la production privée. La production des jeunes réalisateurs gabonais était en effet très encouragée par le ministre Louembet. Un peu auparavant, au ministère de l’Habitat, il était dans une dynamique tendant à faire venir des investisseurs dans ce secteur. Des Américains et des Serbes avaient annoncé leur intention de s’investir au Gabon, mais au départ de Blaise Louembet de ce ministère en février 2012, l’administration de ce département n’avait pas su en assurer le suivi.

Son arrivée à l’Egalité des Chances sonne le début de vraies réformes dans ce ministère. Homme attaché à la culture du résultat, Blaise Louembet est connu pour être une personnalité rigoureuse, acharnée au travail. Excepté sa participation dans le Mogabo, Blaise Louembet est l’un des rares hommes politiques gabonais à mettre en avant son travail gouvernemental, et non ses rencontres politiques dans sa localité d’origine. Mais le ministère fait face à une difficulté actuellement liée au manque de bureau. Après son déménagement actuel des locaux de Batterie IV que l’on vient d’affecter aux Cours et Tribunaux administratifs de Libreville, il va lui falloir trouver de nouveaux bureaux. Une autre paire de manches.

J.S.A

 

 

 

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE