Accueil Politique Gouvernement : Arnaud Engandji en mauvaise posture

Gouvernement : Arnaud Engandji en mauvaise posture

PARTAGER
DR.

Hier lundi 23 juillet, par décret présidentiel, le premier ministre chef du gouvernement, Emmanuel Issoze Ngondet, a légèrement remanié  son cabinet. Si on n’enregistre pas de rentrants encore moins des sortants, l’on a fait le constat d’une descente aux enfers de certains, à l’instar d’Arnaud Calixte Engandji, qui part  du ministère du Travail et de l’Emploi chargé de la Formation professionnelle, pour un  ministère très moins en vue: celui de l’Egalité de chances, de la jeunesse et des gabonais de l’étranger.

Celle qui peut se réjouir de ce mini remaniement, c’est bien Estelle Ondo, qui part du ministère de l’Egalité des chances, où elle avait disparu des écrans radars. La native d’Oyem a hérité du prestigieux poste de ministre de l’industrie, de l’entreprenariat national, chargé de la décennie de la femme. Un poste qui va lui permettre de se remettre au devant de la scène. Elle qui était devenue moins visible après avoir perdu le département des transports. 

Mais celui que ce remaniement ne profite pas, c’est bien Arnaud Calixte Engandji, qui part du ministère du Travail et de l’emploi, chargé de la formation professionnelle, où il avait de quoi faire travailler sa matière grise, pour le ministère de l’égalité de chances et de la jeunesse, chargé des gabonais de l’étranger. 

Même si après il a fait une entrée au gouvernement Issoze Ngondet 3, d’abord comme ministre du travail et de l’emploi, maintenant comme ministre en charge de l’égalité des chances, chargé de la jeunesse et de gabonais de l’étranger. Déjà  à quoi ça sert ce ministère depuis sa création, si ce n’est mettre au garage les membres du gouvernement ?

 Arnaud Engandji a toujours paru comme un défenseur du régime d’Ali.Bongo. Il se fait révéler au lendemain de la dernière élection présidentielle de 2016, où il est passé de plateaux en plateaux pour défendre bec et ongle le pourvoir, après l’assaut au quartier général de Jean Ping. 

PARTAGER