Accueil Politique GOC et ses filiales: la gestion de Patrichi Tanasa mise au grand...

GOC et ses filiales: la gestion de Patrichi Tanasa mise au grand jour

PARTAGER
Siège social de la GOC à Libreville/©DR

Qu’a fait Patrichi Tanasa Mbadinga de sa gestion de la GOC et ses filiales durant ces deux dernières années ? En tout cas, une enquête menée dans le cadre de l’opération Mamba, ouverte par la direction générale des recherches, où l’ancien patron de la GOC est détenu, révèle un trou de 85 milliards. Des sorties d’argents non justifiées, des financements des associations et autres activités, y seraient pour beaucoup dans ce trou béant.

Pourtant présenté comme l’un des meilleurs managers de sa génération, Patrichi Tanasa, qui revenait pourtant du cabinet présidentiel, où il occupait les fonctions de conseiller, en charge du pôle pétrole et hydrocarbures, n’avait jamais été à la tête d’une entreprise. L’opinion avait bien compris les raisons de ces distinctions. En tout cas, au niveau de la DGR, où il est détenu depuis lundi 25 novembre, l’enquête menée dans cette entité parapublique révèle un gros scandale financier, d’au moins 85 milliards durant deux années.

Le quotidien l’Union de ce mercredi 27 novembre, qui a pu avoir quelques informations de l’enquête, indique une somme d’argent, dont la traçabilité est plutôt inconnue. Il s’agit de sortie d’argent non justifiées, présence de caisse noire, des financements d’associations et autres activités, mêmes celles des activistes, pourtant hostiles au pouvoir en place. Il s’agit aussi du traitement de certains dignitaires de la République.

Ainsi, environ 30 milliards auraient été décaissés des comptes de Gabon Oil Marketing pour transiter vers les comptes des filiales de Gabon Oil Company avant de se volatiliser dans la nature. À cela il faut ajouter des transactions inexpliquées et inopportunes, notamment 3,8 milliards de mécénats sportifs et associatifs, 6,7 milliards de chèques émis au profit de personnes physiques, dont plusieurs personnalités gabonaises.

Ce n’est pas tout, le scandale financier s’étant jusqu’au traitement personnel du patron de l’ancien patron de la GOC. On parle de primes qui s’élèveraient à un milliards, d’un véhicule haut standing d’une valeur de 150millions et de 700millions d’achat de bien immobilier pour le compte de l’administration de cette entité.

Un trou qui laisse certainement cette entité dans un avenir incertain

PARTAGER