Accueil Politique Gabon : Quand Ndoundangoye provoque lui-même la levée de son immunité parlementaire

Gabon : Quand Ndoundangoye provoque lui-même la levée de son immunité parlementaire

PARTAGER
Justin Ndoundangoye/©DR

Elu député du deuxième arrondissement de Franceville dans la province du Haut Ogooué, Justin Ndoundangoye, ex-puissant ministre de la République, a été à nouveau interpellé à la frontière de Malinga, dans la province de la Ngounié, où apparemment, il s’apprêtait à quitter le pays. C’est la deuxième fois en moins d’un mois, que ce cadre de l’Ajev se fait prendre. En plein procédure de la levée de son immunité parlementaire ou pas, par une commission ad-hoc supervisée par le député Aurélien Ntoutoume, Justin Ndoundangoye qui officiellement n’a pas encore été cité dans l’opération scorpion, semble par son attitude à quitter le territoire national de manière irrégulière, précipiter la levée de son immunité parlementaire.

Il est de toute évidence que Justin Ndoundangoye sera entendu dans le cadre de l’opération scorpion, opération qui a déjà conduit à la prison centrale de Libreville plusieurs de ses compères de l’Ajev, dont l’ancien directeur de cabinet du président de la République, Brice Laccruche Alihanga. Alors que les désormais prisonniers de sans famille n’ont pas observé de résistance, le député du deuxième arrondissement de Franceville, Justin Ndoundangoye, pourtant pas encore cité officiellement dans le cadre de cet opération, a choisi de quitter le pays, par des manières peu orthodoxe et qui attisent des soupçonnes sur l’ancien membre du gouvernement et un des bras doits de BLA.

En effet,  Justin Ndoudangoye a été pour la deuxième fois en moins d’un mois interpellé à la frontière de Malinga, alors qu’il s’apprêtait à quitter le pays de manière irrégulière. La première fois, il avait été interpellé à l’aéroport de Port Gentil, alors qu’il quittait le pays pour Pointe Noire.

Son cas, en plein procédure à l’assemblée nationale et qui vise ou pas à la levée  son immunité parlementaire, par une commission ad-hoc dirigée par l’ancien ministre et député du deuxième arrondissement de la commune de Libreville, Aurelien Ntoutoume.

Il faut dire que les attitudes de l’ancien ministre et député de Franceville à prendre le chemin de la fuite peuvent accélérer, sinon aboutir à la levée de  son immunité parlementaire. La semaine dernière, Justin Ndoundangye défiait déjà ses collègues de députés membre de la commission, qui selon lui, ne respecteraient pas la procédure de la levée de son immunité parlementaire. Sur la toile, des documents ont largement circulé, toute chose qui n’a pas certainement pas arrangé l’assemblée nationale.

C’est en principe aujourd’hui qu’a lieu son audition à l’Assemblée Nationale devant la commission ad-hoc. Après son interpellation à Malinga, suivi de sa libération, Justin Ndoungangoye s’est aussitôt fendu dans un message salé sur sa page Facebook à l’endroit des autorités judiciaires. « Je n’ai jamais été attrapé. Je demande juste que mon interdiction de sortie du territoire soit officielle. Tant que ça ne l’est pas, et bien, ils vont me suivre partout ».

Les prochaines  heures édifieront l’opinion sur le cas Ndoundangoye.

PARTAGER