Accueil Politique Gabon: Le RPG se prononce sur l’état de santé d’Ali Bongo et...

Gabon: Le RPG se prononce sur l’état de santé d’Ali Bongo et sur la décision n° 219/CC

PARTAGER
Le parti de Mab Abessole exige des réponses sur l’État de santé d'Ali Bongo/©DR.

Hier, jeudi 22 novembre, à son siège de petit-Paris, le Rassemblement pour le Gabon a donné son point de vue sur l’actualité politique qui prévaut actuellement dans le pays. Celle causée par l’absence d’Ali Bongo dont le peuple gabonais ignore les tenants et les aboutissants.

Resté jusque-là muet, comme  une carpe de l’Ogooué, le Rassemblement Pour le Gabon, le parti de Paul Mba Abessole est sorti de sa réserve hier jeudi 22 novembre. A son siège de Petit Paris, dans le troisième arrondissement de Libreville, cette formation politique a réuni la presse pour une déclaration lue par son Secrétaire exécutif,  Raphaël  Edzang.  Si dans un premier temps, le RPG a souligné, sinon pour le déplorer, la faiblesse des institutions, il a aussi regretté le fait que l’opposition soit fragilisée.  « L’opposition se retrouve à nouveau dos au mur face à la situation que vit le pays », a souligné ce dernier.

Situation qui a fait dire à ce dernier que ce scénario devait prendre fin. C’est dans ce cadre qu’il a exhorté la Cours constitutionnelle de retirer : « Sans délais, l’alinéa  qu’elle a ajouté à l’article 13 ». Celui qui justifie l’indisponibilité temporaire du chef de l’Etat.

S’agissant de l’état de santé d’Ali Bongo, la formation politique de Paul Mba Abessole n’y va pas de mains mortes. Conscient de l’intérêt qu’elle accorde à la santé du chef de l’Etat, le RPG, exige « la publication du bulletin de santé » d’Ali Bongo. Au cas où ce bulletin n’existerait pas, il, exige « la mise en place  et le déplacement pour Riyad d’une Commission médicale indépendante afin pour s’enquérir de l’état réel de santé d’Ali Bongo ». Dans ce cadre, indique-le parti de Petit Paris, cette délégation d’experts devra apporter « des preuves audio-visuelles tangibles pour apaiser et réconforter le peuple gabonaise ».

Quant à une vacance de pouvoir définitive d’Ali Bongo, le Rassemblement Pour le Gabon enfonce le clou. « Si dans ce contexte, certains sont d’accord pour le respect de la constitution, le siège de Petit Paris veut une  rupture avec un système qu’il qualifie de« défaillant et anachronique. Les situations de blocage que ce système provoque ne peuvent progresser que par la rupture », a indiqué son porte-parole du jour.

Pour être un peu plus clair : « il faut mettre en œuvre, non une transition constitutionnelle, aux conséquences néfastes, mais une transition politique intégrante qui prend en compte les avis de toutes les forces vives de la Nation », a conclu Raphael Edzang.

 

PARTAGER