Accueil Politique Gabon: l’insaisissable  Tapoyo rebondit au CLR

Gabon: l’insaisissable  Tapoyo rebondit au CLR

PARTAGER
Alexandre Désiré Tapoyo a nouveau militant du CLR/©DR.

Ayant démissionné de cette formation politique au lendemain de l’élection présidentielle de 2016, pour rejoindre les rangs du parti démocratique gabonais. En moins de trois ans de militantisme au PDG, Alexandre Désiré Tapoyo a refait surface au cabaret des artistes, siège du Cercle des libéraux réformateurs, où il vient d’être bombardé délégué général adjoint, chargé de l’implantation et de la stratégie électorale.

Désignée lors du congrès extraordinaire du Cercle des libéraux Réformateurs comme délégué général, Nicole Asselé vient de constituer et de rendre public sa dream-time. Et parmi les figurants, on note la présence d’Alexandre Désiré Tapoyo. Le  fraichement démissionnaire du PDG, vient d’être nommé délégué général adjoint 1, chargé de l’implantation, et de la stratégie électorale  au Cercle des libéraux réformateurs. En effet, il y a tout juste un mois, ADT, annonçait à Éric Dodo Bouguendza son départ du PDG. Les raisons données pour ce départ « répondre à un impératif, plus grand que nous tous ».

Seulement, lors de sa démission, ADT n’avait pas indiqué quelle sera sa démarche politique, à la suite de ce divorce d’avec le PDG. Du coup, beaucoup sont surpris ou peut-être pas de son  retour au Cercle de Libéraux Réformateurs.

Ayant démissionné de cette formation politique chère au général à la retraite Jean Boniface Asselé, au lendemain de la dernière élection présidentielle, ADT a décidé de repartir à son ancienne maison. Mais pourquoi l’a-t-il fait ? Là est grande question.

Sauf que ces démissions régulières font d’Alexandre Désiré Tapoyo, un acteur politique instable.  Pour la petite histoire, C’est au PDG qu’ADT débute sa carrière en politique, avant de démissionner, pour adhérer au Cercle des Libéraux Réformateurs. Il démissionne à nouveau du CLR, pour un retour au PDG. Il vient encore de claquer la porte du siège de Louis, pour celui des Cabaret d’Artistes. C’est dire si, finalement entre ADT, le PDG et CLR, il n’y a pas le grand amour.

PARTAGER