Gabon: Jean Ping a huit jours pour libérer son domicile

Gabon: Jean Ping a huit jours pour libérer son domicile

3532
0
PARTAGER
DR.

Ce vendredi, très tôt, le domicile de l’opposant Jean Ping, candidat à la dernière élection présidentielle, a été envahi par une dizaine de gendarmes. Ces derniers accompagnaient un huissier de Justice dans le cadre d’une procédure  de perquisition du domicile de l’opposant.

Jean Ping n’a pas fini de vivre les malheurs souvent réservés à ceux qui s’opposent au pouvoir des Bongo/PDG. Le domicile de l’opposant à Ali Bongo, à la dernière élection présidentielle, a été visité ce matin par un huissier de justice et des hommes en treillis armés jusqu’aux dents. 

A en croire la maisonnée, il était question d’une procédure de perquisition du domicile de l’opposant, suite à sa condamnation au procès contre Hervé Patrick Opianga, un des fidèles collaborateurs de l’actuel chef de l’Etat. Pourtant, dans la correspondance, il est clairement signifié, qu’il avait huit jours ppur liberer sa résidence. Mais pourquoi être accompagné d’un impressionnant contingent? Aussi, pourquoi être cagoulé dans un domicile, dans le cadre d’une opération officielle?

Rappelons qu’avant la dernière élection présidentielle d’août 2016, un groupe de jeunes avaient envahi le domicile de Jean Ping. Pris la main  dans le sac, certains, pour se dédouaner, auraient affirmé qu’ils avaient été envoyés par Hervé Patrick Opianga. Ce dernier a porté plainte non contre les jeunes qui l’ont cité, mais contre Jean Ping, qui reprenait les dires des jeunes capturés à son domicile. Suite à un procès en faveur d’Hervé Patrick Opianga, Jean Ping avait été condamné à payer 600 millions au collaborateur d’Ali Bongo.  

Serge Du Palvier.

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE