Accueil Politique Gabon : Du fond de  sa cellule, à la prison centrale de Libreville,...

Gabon : Du fond de  sa cellule, à la prison centrale de Libreville,  Aba’a Minko, se réjouit de la nomination du fils d’Ali Bongo

PARTAGER
Roland Désiré Aba'a Minko/©DR

Incarcéré à la prison centrale de Libreville, l’ancien candidat à la dernière élection présidentielle et qui a finalement rejoint Jean Ping, Désiré Aba’a Minko a donné de ses nouvelles depuis sa cellule, alors qu’il s’était fait oublier dans l’opinion. Il s’est félicité de la nomination de Noureddin Valentin Bongo, aux fonctions de coordinateur général des affaires présidentielles.

Alors que la nomination du fils ainé d’Ali Bongo intervenu en fin de semaine dernière en conseil de ministres est mal appréciée, tant dans l’opinion, que chez les politiques, notamment dans l’opposition, Désiré Aba’a Minko qui a toujours porté le costume d’opposant au pouvoir d’Ali Bongo, en a fait le contraire, le président du mouvement citoyen ‘’Gabon nouveau départ’’, a plutôt été content de la nomination de Noureddin Bongo Valentin, « Du fond de ma Cellule depuis la Prison Centrale de Libreville, j’ai l’immense honneur de vous présenter Mes Sincères Félicitations pour votre nomination aux hautes et prestigieuses fonctions de Coordinateur Général des Affaires Présidentielles », lit-on dans la correspondance signé en Po par son  porte-parole, Guy Arlain Nang Engo.

Des félicitions qui vont dans le sens contraire de son engagement politique. Souvenez-vous, en plein temps fort de la dernière élection présidentielle, Désiré Aba’a Minko avait pris en otage plusieurs médias locaux et diffusé une déclaration, dans laquelle, il indiquait que c’est bien Jean Ping qui avait gagné l’élection présidentielle  et que c’est lui qui devait présider et non Ali Bongo. Mieux, il avait menacé de mettre plusieurs institutions en feu, si dans les 72h qui suivaient, Jean Ping ne prêtait pas serment comme président de la République. Il avait été arrêté au siège de la commission Européenne, par les éléments de la police judiciaire, avant d’être mis sous mandat de dépôt.

 

PARTAGER