Gabon: Désiré Aba’a Minko, le présumé auteur d’un commando, dans les...

Gabon: Désiré Aba’a Minko, le présumé auteur d’un commando, dans les mailles de la PJ

151
0
PARTAGER
Le présumé auteur du commando.

Il y a juste une deux heure, Désiré Aba’a Minko, le présumé auteur d’un commando et opposant membre de la Coalition pour la Nouvelle République, a été conduit dans les locaux de la police judiciaire. Après  un entretien de deux heures avec les fonctionnaires e la délégation de l’Union Européenne à Libreville.

Après avoir pris en otage certains médias privés, le Commando, initiative, semble-t-il de  Désiré Aba’a Minko, s’est rendu dans les locaux de la délégation de l’Union Européenne, où il aurait exigé de rencontrer les diplomates. Non sans avoir  menacé les vigiles en faction avec un objet qui ressemblait fort bien à un explosif. Devant cette situation de panique, les vigiles ont immédiatement alerté  la Police judiciaire.

C’est après près de deux heures d’âpres négociations négociations dans les locaux abritant la délégation de l’Union européenne, que les éléments de la PJ ont pu mettre la main sur l’ancien candidat à l’élection présidentielle, qui a été embarqué manu militari dans un pick-up blanc de marque Toyota, appartenant à cette unité spéciale.

Le matériel explosif retrouvé dans les locaux de TV+/pyramidmediagabon.

Rappelons qu’aux alentours de 11h, des hommes encagoulés et armés, ont fait irruption dans les locaux de Tv+ à St Michel, dans le deuxième arrondissement de Libreville. Ces derniers ont demandé à faire passer un message de révolution, à l’encontre du pouvoir en place. Dans ce message, le fameux commando donne 72h à Ali Bongo pour quitter le pouvoir, sans quoi, il y aurait des graves préjudices. Toujours selon nos confrères de TV+, ce même commando aurait exigé que Jean Ping soit investi comme président de la République.

Cette opération a duré moins de 45 min. Dans le même temps, la même opération se faisait en simultané dans les locaux d’Africa N°1. Où les agents ont été sommés de faire passer le même message de révolution. Les hommes cagoulés disaient continuer leur aventure à RTN et dans d’autres médias privés. A leur passage, ils ont laissé des objets similaires aux explosifs.

Une opération  qui suscite des  interrogations. Pourquoi Désiré Aba’a Minko, reconnu comme le présumé auteur de cette opération, s’en est pris aux  médias privés pour faire  »sa » révolution? Pourquoi avoir eu autant de liberté à agir sans qu’un dispositif de sécurité l’en dissuade?  Pourquoi le gouvernement qui est toujours prompt à agir à une moindre programmation d’un événement hostile au pouvoir est resté dans un long silence? Autant d’interrogations qui démontrent qu’il y beaucoup de non dit dans cette affaire.

Rappelons que cet incident arrive à trois jours seulement de l’arrivée d’une délégation de la Cour Pénale Internationale à Libreville. Ceci a-t-il un lien avec cela? Seule une enquête sérieuse peut apporter la lumière sur cette ubuesque affaire.

Enzo Noah

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE