Accueil Politique Gabon : A quand un live d’Ali Bongo?

Gabon : A quand un live d’Ali Bongo?

PARTAGER
Ali Bongo et le chef du gouvernement gabonais/© DR.

Sans vouloir jouer les rabat-joie, l’image signée AFP (?) que L’Union a placardée sur sa une de mardi dernier tient plus de l’exécution d’un plan de com auquel semble désormais être contraint le pouvoir. Faire croire que…. Et tout le monde s’y attèle. Notamment la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie-Madeleine Mborantsuo et Lambert Noël Matha.

La première, qui prétend ne pas défendre « les intérêts de la famille Bongo »… depuis 1991 vient d’affirmer dans Jeune Afrique, interrogée par Georges Douguéli, que « nous pensons que, compte-tenu de l’évolution de son état de santé [d’Ali Bongo], le président de la République sera bientôt capable de délivrer lui-même au vice-président les habilitations nécessaires pour assurer la continuité de l’Etat ». D’aucuns commenteraient plutôt : « de pérenniser l’Etat-Bongo ».  Même son de cloche chez le second, le Ministre d’Etat Matha. Qui, pour s’exprimer sur la question a tenu à se replier avec les « siens » à la Chambre de Commerce, il y a deux jours. Pour lui, les choses sont claires : « Dieu- Allah, Yahvé, Nzambi, le Maître des Temps et des Circonstances- a préservé Ali bongo Ondimba…Dieu qui fait en sorte que sa convalescence se déroule dans des conditions optimales et que le président de la République reprend à une vitesse inespérée l’ensemble de ses facultés ». Matha, revendiquant sa fraternité altogovéenne avec Ali Bongo Ondimba, a tenu à faire disparaître les inquiétudes de ses « compatriotes » triés sur le volet. Et, c’est sur la base d’un coup de fil – non « factice » a tenu à préciser le Ministre d’Etat- de « Mme la Présidente » -Marie-Madeleine Mborantsuo ? – reçu en direct devant l’assistance « compatriotique » de ressortissants de la même province, qu’il a affirmé, haut et fort, que «  Mme le Président, qui savait que nous nous réunissions aujourd’hui, a voulu, en sortant donc de cette séance de travail avec le chef de l’Etat, nous rassurer, et c’est pour cela que je disais tout à l’heure, que les nouvelles étaient très très rassurantes ».

Pour « rassurantes » que se veulent ces « nouvelles, ni la vidéo –authentifiée ?- qui circule sur le net et dont la capture a servi de publication pour la une de l’Union ni les assurances de MMM rapportées par L.N. Matha ne répondent à la question de fond. Elles ne visent qu’à confirmer une seule chose. Qu’Ali Bongo est vivant. Mais la Constitution ne s’occupe pas de savoir s’il l’est ou s’il ne l’est pas. La question de fond est sa capacité ou non à assurer les fonctions de chef d’Etat. Se trouve-t-il en situation d’ « empêchement définitif » ou d’ « empêchement » temporaire ? Parce que, même vivant, il peut se trouver en incapacité définitive.

« L’art du cinéma, disait Jean Renoir, consiste à s’approcher de la vérité des hommes et non pas à raconter des histoires de plus en plus surprenantes ». Les Gabonais ne sauraient être réductibles à une ou deux dimensions (visuel et audio-visuelle). A coup sûr, les jours qui viennent leur permettront d’en savoir plus sur ce que ne disent pas cette vidéo et cette image. D’en savoir plus sur la vérité de la situation.

Au fait, l’étoile sur le drapeau marocain est verte et pas noire comme à la une de l’Union.

PARTAGER